Un défi exceptionnel

Synchros sur le canoë-kayak

Des kilomètres de VTT, des trails à n'en plus finir sur les pentes verdoyantes de l’île aux fleurs et des sorties en canoë-kayak...voici le programme des quatre jours d'épreuves (65 kilomètres au total) du Raid des Alizés concocté par un ancien boss du GIGN, Frédéric Gallois. Le concept ? Les parcours et disciplines diffèrent chaque jour et sont tenus secrets jusqu'à la dernière minute. Le soir, les équipes se retrouvent au bivouac où elles dorment dans un confort spartiate. La boue due à la météo indécise en cette saison des pluies, les douches froides à l'extérieur et les nuits courtes entament sérieusement le moral des filles. Fatigue, mise en tension, tout est réuni pour que nos baroudeuses aillent chercher au fond d'elles-mêmes cette étincelle qui les fera tenir.

Quelle est l'épreuve qui vous a marquées ?

Mathilde : Clairement, le trail de 16 kilomètres dans la forêt Cœur Bouliki. Le terrain était complètement boueux. J'avais une grosse pression. J'ai bien senti du début à la fin que j'étais à mon maximum sauf que certaines équipes étaient proches de nous, Si elles nous doublaient, je n'aurais pas pu relancer la machine.  

Manon : La nuit dans la tente en compagnie des fourmis qui nous dévoraient, voilà mon cauchemar pendant ces cinq jours.

Pauline : L'épreuve la plus dure a été le VTT. Il faisait très chaud. C'était le dernier jour et par conséquent, nous avions cette pression de rester premières. C'était notre ultime ligne droite. Nous avions peur d'avoir un problème mécanique. Je savais que j'allais devoir m'accrocher pour ne pas lâcher mes coéquipières ni les décevoir. 

Quel est votre ressenti globalement ?

Manon : Ce fut une aventure tellement géniale, un raid accessible à toutes. Les organisateurs ont fait en sorte que l'ensemble des filles terminent les épreuves tout en se dépassant et se faisant plaisir. Après avoir partagé ces moments inoubliables, nous formons une grande famille maintenant.  

Mathilde : Le challenge est fou. Ce fut dur de se quitter car tu te mets à nu devant les autres tant l'épuisement est là. Tu ne peux pas jouer.  Les participantes ont été spontanées et ont fait preuve de générosité, partage et bienveillance.

Pauline : Je suis toute contente. Cette aventure magique nous marquera à vie. La nature martiniquaise est puissante, elle te porte. Grâce au documentaire du Raid des Alizés (diffusé sur Canal + Sport à partir du 21 décembre), les gens vont découvrir le terrain de jeu magnifique qu'offre la Martinique.

.