Claire Arnoux : rencontre avec une passionnée de foot

Animatrice de Tribune Sports et de l'Euro Mag sur beIN SPORTS, Claire Arnoux revient sur ses débuts et sur son métier. Amoureuse du ballon rond, elle évoque aussi sa passion. Tête-à-tête sportif.

© beIN - KEEPDIGGIN

Le journalisme sportif était-il une prédilection ou avez-vous atterri dans ce milieu par hasard ?
Aucun des deux. J'ai toujours voulu être journaliste. J'ai fait 4 ans de Fac pour obtenir une maîtrise d'information et de communication.  Ensuite, j'ai intégré une école de journalisme spécialisée en radio. J'ai débuté chez SportFM qui est devenue Sport MX, plus connue aujourd'hui sous Europe1Sport. En parallèle, je faisais des sujets sur InfoSport. Ma première antenne était sur Itélé j'animais la chronique sport week-end. Puis Eurosport, l'Equipe21… Ça s'est fait assez naturellement. Je trouve que je suis légitime sur le sport. C'est un domaine qui m'a toujours intéressée et qui m'amusait beaucoup.

Vous êtes une réelle passionnée ?
Oui. Evidemment, j'adore le foot. Et pour tout vous dire, c'est le sport que je suis avec ma maman. Elle m'envoie des textos tous les soirs de match pour m'avertir qu'il y a un but. Mon papa aime moins le foot mais il m'a donné le goût de la Formule 1. Je suis aussi les grandes compétitions de tennis.

Etait-ce difficile de vous imposer dans le milieu du sport ?
Je pense que c'est compliqué de s'imposer partout. Le milieu du travail est difficile. C'est vrai que parfois, nous les filles on est peut-être un peu plus attendues au tournant. Il y a toujours des abrutis. Et aujourd'hui, avec les réseaux sociaux, les abrutis on les voit encore plus.  Ceux qui vous aiment vont vous dire que vous n'avez rien dans la tête et que votre couleur de cheveux est en adéquation avec vos neurones… Honnêtement, je ne suis pas sûre que ce soit pire que dans un autre métier.

Comment s'est passé votre premier passage à la télé ?
J'étais super stressée. Je pense que ce n'était pas très bon !

Parlez-nous de l'Euro Mag, l'émission que vous présentez sur beIN SPORTS durant toute la compétition. Êtes-vous à l'origine du concept ?
L'Euro approchant, je me suis demandée ce que j'avais envie de faire sur cette très belle compétition. Je savais que Vanessa (Le Moigne ndlr) avait adapté son Expresso pour l'Euro, que Darren Tulett animait une émission le soir. Je me suis dit que j'aimerais bien faire une émission autour de l'Euro avec un invité qui ne serait pas un sportif. J'en ai parlé à Florent Houzot, notre directeur de la rédaction qui m'a dit de creuser mon idée qu'il trouvait bonne. Mon directeur d'édition était également partant. On a donc réfléchi à la structure de l'émission et à ce qu'on pourrait mettre dedans. On voulait avant tout des sujets très magazine. L'Euro Mag, c'est 55 minutes en tête-à-tête avec un invité.

Claire Arnoux © beIN SPORTS

Comment choisissez-vous vos invités ?
On a donné une liste de people fans de foot à nos trois programmatrices qui travaillent très dur. Partant de là, elles ont aussi fait des propositions de noms de personnalités. Certains people nous ont même contactés car ils voulaient participer à l'Euro Mag après avoir vu un numéro.

La déco du plateau reproduit un petit salon assez cocooning. Pourquoi ce choix de décor ?
L'émission est un vrai tête-à-tête, donc je voulais un décor chaleureux. Le salon est une pièce sympathique. Les invités s'y sentent à l'aise. Installés dans le canapé, ils sont beaucoup plus détendus. En plus, l'émission est diffusée entre 13 heures et 14 heures. C'est l'heure du déjeuner pour les téléspectateurs. On est un peu avec eux dans le salon !

Qui a été votre meilleur invité ?
C'est un choix très difficile ! Je dis un grand merci à Moundir qui a été mon premier invité. Il a vraiment été top. David Brécourt que vous venez de voir partir est adorable. J'ai eu des coups de cœur pour chacun d'eux car ils sont tous différents.

Durant l'Euro Mag, il y a une séquence " commentaires " durant laquelle l'invité doit commenter une action. Vous êtes-vous déjà prêtée à l'exercice ?
Oui dans le Train de l'Euro qui circulait à travers toutes la France un mois avant le match inaugural. J'ai eu la chance d'y accéder quatre fois dans des villes différentes.  Il y avait des petites cabines disponibles pour se tester au commentaire. J'ai testé…. Et je ne suis pas très bonne !

Parlez-nous de Tribune Sports, l'autre émission que vous animez sur beIN SPORTS.
Elle existe depuis septembre 2015. C'est un programme multisports d'une heure et demie diffusé tous les dimanches en clair. On débriefe de tout ce qui s'est passé durant le week-end. Autant vous dire que c'est très dense.  On a évidemment une grosse partie foot. Sur le plateau, je suis entourée d'un spécialiste pour chaque sport ainsi que d'un invité qui est forcément un sportif. Il arrive aussi que j'accueille plusieurs invités par émission.

Vous avez un club de cœur ?
Le PSG ! J'estime que quand on naît quelque part, ça doit être notre club préféré.

Revenons à l'Euro. Que pensez-vous de cette édition ?
Je l'ai trouvé un peu poussif au début.  Je me suis ennuyée sur certains matches. J'ai adoré voir cette équipe d'Islande qui a été une vraie révélation. En revanche, moi qui suis une fan inconditionnelle de Cristiano Ronaldo, je n'ai vraiment pas été séduite par le Portugal. Je suis ravie pour la France. Je crois vraiment qu'on peut vraiment faire quelque chose !

Votre pronostic pour France-Allemagne ?
Ça va être très dur. Je vois 1-1. Et un but de Dimitri Payet pendant les prolongations.

Et la finale ?
Si c'est France-Portugal, je dis 3-0. Si les Bleus battent l'Allemagne, ils vont arriver comme des rois en finale. Il faut gagner cette coupe. On en a besoin ! 

 

Retrouvez Claire Arnoux dans l'Euro Mag tous les midis de 13h à 14h et dans Tribune Sports tous les dimanches en clair de 19h à 20h30 sur beIN SPORTS 1
Découvrez tous les replay de l'Euro Mag

Suivez Claire Arnoux sur Twitter : @Claire_Arnoux