Eurovision : on a regardé l'émission pour vous (et c'était terrible)

L'Eurovision est une soirée particulière dans ma vie de téléphage, alors pas question de louper cette 61e édition, célébrée samedi 15 mai à Stockholm, en Suède. D'autant que la France, représentée par Amir Haddad, avait toutes ses chances. Les copines sont là, le buffet-télé est prêt. C'est parti ! "12 points go to...".

© Pedersen Britta/DPA/ABACA

20h45. Le buffet aux couleurs de l'Europe est en place : mozza, vin italien, cidre... Direction Stockholm et France 2 pour la finale de l'Eurovision 2016, diffusée samedi 14 mai 2016. Le show, commenté par Marianne James et Stéphane Bern, et co-animé par Måns Zelmerlöw, vainqueur suédois de l'édition 2015 débute avec l'arrivée des candidats, dans un improbable défilé de mode que n'aurait pas renié Derek Zoolander. Amir Haddad passe en 11e. 
L'émission débute avec la prestation de la Belgique. "Y'a de la paillette !". La République Tchèque lui succède et remplit à elle seule deux cases du "bingo Eurovision", avec le combo "lâché de cheveux-ventilateur". Le temps de boire (avec modération) un petit verre (de sangria, vous saurez tout) et le candidat des Pays-Bas débarque, avec sa "chanson de supermarché". Miracle, il est vite remplacé par la candidate de l'Azerbaïdjan et son titre "Miracle". Grande gagnante de The Voice en Turquie, elle apparaît dans une combinaison dorée ultra-moulante à faire pâlir Beyoncé. "Je suis sûre qu'elle a du scotch, elle !", murmure-t-on à mes côtés, en référence à son décolleté. Kim Kardashian a visiblement fait des émules... Passée la présentation du candidat hongrois et le fou rire qui va avec - merci Marianne James, émoustillée par son "petit look de garagiste" -, la prestation de la candidate italienne, échappée d'un livre pour enfants, suscite un débat linguistique dans nos rangs : "L'italien est quand même plus chantable que le roumain"... "Comment ça ?! Rappelle toi Ozone !".
Le passage de l'Israël provoque le premier commentaire indigné de la soirée : "Pourquoi lui, il a droit à une pluie de feu et pas les autres !!??" Sa prestation est aussi l'occasion de trouver les premiers mix improbables de la soirée : "On dirait Sam Smith qui rencontre Boy George!" Le petit jeu se poursuit avec le candidat suédois qui, en plus d'avoir l'air d'avoir 12 ans, présente une étrange ressemblance avec Heath Ledger. Mais trêve de plaisanterie : la prestation d'Amir pour la France approche et la tension monte. Après la performance de la candidate allemande, arborant un look inspiré de Sailor Moon et d'un Pokémon, c'est le moment tant attendu. Amir Haddad, finaliste de la saison 3 de The Voice, entonne son titre J'ai Cherché. Le jeune homme livre une jolie prestation, illuminée par son habituel sourire ravageur. Nous sommes conquises et le public aussi.

© Tornblom Karin/IBL/ABACA


Ce moment de patriotisme musical terminé, la mauvaise foi reprend ses droits. Le candidat polonais nous inspire de nombreuses comparaisons. Quand Twitter lui trouve une ressemblance avec Vlad Tepes ou Julien Doré, on trouve de notre côté qu'il a des airs de Capitaine Crochet... Un peu plus tard, la prestation du candidat lituanien retient notre attention. Donny Montell ressemble à "un échappé des One Direction" et sa coupe de cheveux ne laisse personne indifférent : Twitter moque sa ressemblance avec un lama (l'animal, pas le chanteur...) quand l'une des mes voisines de canapé assimile poétiquement sa tignasse à "un vomissement  de coiffure".
Passons rapidement sur la chanteuse croate et sa "robe rideau de douche", la candidate espagnole et sa danse du genou et Malte, représentée par un troublant sosie de Mariah Carey, pour nous intéresser à la performance de l'Autriche. Le pays a fait le choix de présenter une chanson entièrement en français, intitulée Loin d'ici. Un pari risqué qui aurait été doublement humiliant pour nous, en cas de meilleur classement que la France. Mais dès les premiers couplets ("Et quand tu chantes, oui moi je chante aussi. Et si tu t'élances, je suis. Et quand tu voles, oui moi je vole aussi"), les twittos sont rassurés : Amir est clairement au-dessus. Le concours s'achève avec la prestation de l'Arménie, qui a sans aucun doute fait exploser le budget fumigènes. La dernière case du bingo Eurovision est remplie !

"Désolée, je sors de la douche"  © Pedersen Britta/DPA/ABACA


En attendant le décompte des points, et avec un petit verre de Porto ("Tiens, le Portugal n'a pas participé ?") devant la prestation de Justin Timberlake ("from France, 12 points !"), l'heure est venue de faire le bilan. Et il faut bien avouer que les prestations de cette 60e édition étaient loin d'être ridicules, faisant mentir l'image ringarde associée à tort à l'Eurovision. Pas de candidats improbables cette année, d'artistes déguisés en pingouins (true story...) ou de chanteur nu avec un loup, comme cela avait été un temps annoncé : l'artiste en question, représentant de la Biélorussie, a été éliminé en demi-finale et n'a en fin de compte pas livré sa prestation... "à poils". Les internautes ont toutefois souligné deux plagiats. Ils ont critiqué la ressemblance entre la performance du russe et une mise en scène déjà utilisé par Beyoncé. La chanson de Chypre a de son côté présenté d'étranges similitudes avec le titre de The Killers, Somedoby Told Me - en plus de cet improbable zoom...

© BBC


Arrive le moment du vote. Après la traditionnelle annonce des points accordés par chaque pays ("Tiens , l'Azerbaïdjan vote pour la Russie - bingo !") et la clameur provoquée par l'octroi des précieux 12 points arméniens à la France, on annonce une nouveauté : cette année, les votes des jury nationaux compteront pour 50% du résultat, l'autre moitié proviendra des votes des téléspectateurs. Un moyen habile de faire durer le suspense et de redistribuer les cartes alors que tout semblait plié. À l'issue des votes des jurys, l'Australie est en tête et la France oscille entre deux historiques 5e et 3e place. Mais l'ajout des votes du public bouleverse le classement : l'Ukraine réalise une remontée spectaculaire et coiffe l'Australie au poteau. Jamala remporte ce 61e concours de l'Eurovision. Quant à Amir, il termine à une superbe 6e place, le meilleur classement français depuis 2002. Une performance qui ferait presque oublier les mauvais résultats de la France ces dernières années et pour ça, on ne peut que lui crier notre amour...
La 62e édition de l'Eurovision se tiendra donc à Kiev, en Ukraine, et notre prochain émissaire aura un sacré challenge à relever. 

Voir aussi :