Départ de Claire Chazal : Elise Lucet et Léa Salamé dénoncent le sexisme à la télévision

Dimanche 13 septembre, Claire Chazal a présenté son dernier JT sur TF1. L’éviction de la journaliste vedette et les méthodes appliquées par la chaîne ont fait réagir ses consœurs qui dénoncent le sexisme qui règne à la télévision.

© FAYOLLE PASCAL/SIPA

La nouvelle du départ de Claire Chazal est tombée il y a quelques jours, après 24 ans de bons et loyaux services au JT de TF1. Cette décision et surtout la manière dont elle a été annoncée continuent de faire réagir plusieurs confrères et consoeurs de la journaliste emblématique de la chaîne. Léa Salamé a ainsi réagi samedi soir sur le plateau d’On n’est pas couché : "TF1 veut se séparer de Claire Chazal. Après tout, pourquoi pas ? Ils ont le droit, personne n'est propriétaire de son fauteuil." La chroniqueuse a ensuite nuancé ses propos : "Maintenant, je pense qu'on s'est tous interrogé sur la méthode, l'inélégance. Je n'ai pas trop compris l'utilité de la ramener, lui faire présenter un mois le JT, la mettre dans les nouveaux décors et, soudainement, lui dire au revoir. Je pense qu'après vingt-quatre ans de bons et loyaux services, ils auraient pu convenir d'une date ensemble et en finir plus joliment.Des propos qu'elle a également tenus dans l'émission Le Tube, sur Canal +. La journaliste a également dénoncé le sexisme que subissait la gent féminine à la télévision : "Les femmes, au-delà de 55 ans, en télévision, il n'y en a pas beaucoup. Par contre, les hommes, c'est peut-être plus facile. Jean-Pierre Pernault, Michel Drucker, Thierry Ardisson [...]. Je pense qu'en télévision, on tolère plus les cheveux blancs des hommes que les rides des femmes."

"Je ne suis pas sûre que l'on aurait fait ça à un homme"

Comme sa consœur, Elise Lucet s’est interrogée sur la place des femmes la télévision. "Je trouve que quand on a fait 24 ans de journaux dans une chaîne comme TF1, qui est un énorme navire amiral, la moindre des choses est de se quitter élégamment, ce qui n'a pas été fait", a déclaré la présentatrice du JT de 13 heures de France 2, dans Médias Le Mag. "Je ne suis pas sûre que l'on aurait fait ça à un homme. Laisser quelqu'un reprendre une rentrée pour l'évincer trois semaines après, je trouve ça très dur et ce n'est pas mérité". La journaliste d’investigation  estime que "TF1 aurait pu anticiper et lui dire pendant l'été tranquillement et préparer la chose, pour que ce soit fait de concert".

 

Voir aussi :