Vers la fin des Guignols de l’info ?

Les Guignols de l’info sont menacés de disparition dès la rentrée prochaine, une décision prise par Vincent Bolloré, le président de Vivendi, propriétaire de Canal +. Depuis mercredi, le public et de nombreuses personnalités se mobilisent pour soutenir le mythique programme de la chaîne cryptée.

Vers la fin des Guignols de l’info ?
©  Marechal Aurore/ABACA

Les Guignols, le programme phare de Canal + risque de disparaître définitivement de "l’ancêtre d’internet", comme le dit si bien PPD. C’est Vincent Bolloré, le patron de Vivendi, la maison mère de Canal +,  qui aurait décidé de mettre un terme à l'existence de ces marionnettes du rire qui ont fait leur apparition à l'antenne en 1988. Pour l'instant, il ne s'agit que d'une rumeur colportée et Vivendi ne confirme ni ne dément cette menace de suppression. Contacté par Le Monde, le groupe a assuré "ne faire aucun commentaire". 
Depuis mercredi, des voix s'élèvent pour sauver le programme de Canal +. En réaction à cette annonce, l’ancien directeur de la chaîne cryptée, Pierre Lescure, a démissionné du conseil d’administration d’Havas, également contrôlé par le groupe Vivendi. Il est revenu sur son départ pour Le Nouvel Obs : "C’est aussi pour avoir, le cas échéant, la liberté de m’exprimer. J’espère que je n’aurai pas à le faire." La mobilisation est aussi vive chez les politiques qui souhaitent voir maintenus Les Guignols de l’info. Jean-Luc Mélenchon soutient le programme contre "la censure de Bolloré", Cécile Duflot a tweeté avec humour "C’est qui le bol…os qui veut arrêter Les Guignols ?" et Alain Juppé a déclaré sur le site de micro-blogging : "J’aime me voir dans les Guignols. Nous avons besoin d’eux." On observe aussi une vague de protestation sur les réseaux sociaux. Le hashtag #TouchePasAuxGuignols a été créé sur Twitter pour l’occasion. 
Devra-t-on dire "à Ciao bonsoir" aux Guignols ? La décision définitive sera prise dans quelques jours , comme l'a déclaré un membre de l'équipe de Canal + au journal Le Monde

Les Guignols menacés ©  Marechal Aurore/ABACA


Voir aussi :