Jacques Truphémus, l'intimité révélée : la première rétrospective consacrée au peintre

Jusqu'au 9 juillet 2017, la Propriété Caillebotte à Yerres accueille la première rétrospective du peintre lyonnais Jacques Truphémus.

Jacques Truphémus, l'intimité révélée : la première rétrospective consacrée au peintre
© Michel Djaoui

De ses premières peintures à l'huile en 1937 jusqu'à ses dernières réalisations en 2016, le peintre Jacques Truphémus a traversé les décennies en conservant intact le mystère qui l'entoure. À l'aube de ses 95 ans, l'artiste lyonnais se dévoile à travers la première rétrospective de ses œuvres dans la Ferme Ornée au sein de la Propriété Caillebotte à Yerres. Un parcours atypique, de l'horizon de son Lyon natal à son atelier et sa maison cévenole, retracé à travers une soixantaine de tableaux organisés en six thématiques. Sous l'égide de Pierre Nicolas Sainte Fare Garnot, conservateur honoraire du Musée Jacquemart-André, l'exposition présentera plusieurs périodes du riche travail de l'artiste. "Autoportraits", "Scènes lyonnaises", "Les Cévennes", "Natures Mortes", "Aimée" et "Nouveautés" thématisent le parcours des visiteurs, les entraînant, tour à tour, dans l'atelier de l'artiste, au Japon et au plus près de l'amour que Jacques Truphémus porte à son femme disparue, Aimée. Autant de peintures qui sonnent comme des obsessions pour celui qui travaille son art depuis plus de 80 ans.

  • Jacques Truphémus, l'intimité révélée. Du 25 mars au 9 juillet 2017 à la Ferme Ornée au sein de la Propriété Caillebotte à Yerres
  • 8 rue de Concy, 91330 Yerres
  • Du mardi au vendredi de 10h à 12h et de 14h à 18h ; le week-end et les jours fériés de 10h à 18h.
  • Plein tarif : 5 euros / Tarif réduit : 3 euros pour les Yerrois 
Autoportrait, huile sur toile, 2002. Donation Jacques Truphémus sous réserve d’usufruit, 2012. Villefranche-sur-Saône, musée Paul-Dini. © Didier Michalet
Coin d’atelier, Divan et paravent, huile sur toile, 2005. Donation Muguette et Paul Dini 7, 2009. Villefranche-sur-Saône, musée Paul-Dini, musée municipal. © Didier Michalet