Les femmes présumées coupables s'exposent aux Archives Nationales

CULTURE - Les Archives Nationales à Paris mettent en lumière les femmes jugées à tort ou à raison de l'Histoire, dans l'exposition "Présumées Coupables". A découvrir jusqu'au au 27 mars.

© Archives Nationales

Jusqu'au au 27 mars 2017, l'exposition Présumées coupables aux Archives Nationales redonne la parole à des femmes accusées puis jugées à tort ou a raison. Plusieurs figures criminelles sont mises en avant : l'empoisonneuse, mais aussi la sorcière, la mère infanticide, la pétroleuse ou anarchiste, mais aussi la traîtresse de guerre. A travers 320 procès-verbaux d'interrogatoires, le sujet du crime au féminin est abordé tout au long de cette exposition qui donne à voir de quelle façon ces "présumées coupables" ont été confrontées à la justice. Elle permet ainsi au spectateur de reconsidérer chaque procès et notamment constater à quel point certains ont pu être – ou non – arbitraires ou injustifiés. 

L'occasion de questionner la place de la femme dans dans les sociétés européennes de la fin du Moyen-Age au 20e siècle. Ce qui permet de réaliser que bien souvent, ces dernières sont aussi victimes de leur genre que coupables de leurs – présumés – délits. Cette exposition fait écho à la sortie en salles de Fleur de Tonnerre de Stéphanie Pillonca, qui relate la vie de Hélène Jégado, auteure d'une centaine de meurtres par empoisonnement à l'arsenic.

Infos pratiques :

  • Dates : du 30 novembre 2016 au 27 mars 2017
  • Lieu : Archives nationales Hôtel de Soubise 60, rue des Francs-Bourgeois 75003 Paris
  • Métro : Saint-Paul, Hôtel-de-ville et Rambuteau Horaires et tarifs
  • Horaires : Du lundi au vendredi, de 10h à 17h30. Samedi et dimanche de 14h à 17h30. Fermée le mardi et les jours fériés.
  • Prix : Plein tarif : 6 euros. Tarif réduit : 4 euros
  • Site : www.archives-nationales.culture.gouv.fr

Voir aussi :