Notre-Dame de Paris : le nouveau casting se confie

SPECTACLE - "Notre-Dame de Paris" est une oeuvre à part au milieu des comédies musicales françaises. Créée en 1998, elle a lancé le genre dans l'Hexagone. Quinze ans après ses débuts, le spectacle est de retour avec de nouveaux interprètes que Le Journal des Femmes a rencontrés.

© DR

Quasimodo va à nouveau faire sonner les cloches de Notre-Dame. A partir du 23 novembre, la comédie musicale culte est de retour à Paris avec un tout nouveau casting, 18 ans après sa création, en 1998. Le show se jouera au Palais des Congrès, jusqu'au 8 janvier avant de partir en tournée dans toute la France. Le Journal des Femmes a rencontré les nouveaux interprètes de Frollo, Esmeralda et Phoebus. Certains ont déjà joué le spectacle en italien ou en anglais, d'autres l'ont découvert en DVD. Entre les deux, Daniel Lavoie, seul membre du casting original a reprendre son rôle. S'ils ont un point commun, c'est de partager la même pression concernant ce retour devant le public français. Avec le temps des cathédrales est venu celui des confessions... 

© DR

Martin Giroux succède à Patrick Fiori dans le costume de Phoebus. Pour ce canadien de 37 ans, la pression est là parce que la nouvelle troupe "sera comparée au premier casting" et que c'est la première fois qu'il est confronté au public français. L'artiste, vainqueur de la première édition de la Star Academy au Québec en 2004, se sent proche de son personnage : "On se rend compte à la fin que Phoebus est un salaud. Je ne pense pas en être un (rires), mais beaucoup de gens ont vécu cette situation : être amoureux de deux personnes en même temps. Je vais me baser sur mes expériences personnelles pour construire mon personnage."

 

 

© DR

Le rôle de Quasimodo est tenu par le chanteur italien Angelo Del Vecchio. Avec sa voix rauque, semblable à celle de Garou, il est le seul à avoir joué le spectacle dans 3 langues, en français, en italien et en anglais. Pour incarner le bossu de Notre-Dame, qu'il décrit comme "le personnage le plus complexe du spectacle", il s'est lui aussi inspiré de son expérience et de son adolescence, "quand tu veux sortir avec une fille et qu'elle ne te voit pas". S'il considère comme un honneur le fait de jouer devant le public français, le jeune homme de 25 ans estime aussi que "c'est une grande responsabilité parce que c'est là que tout a commencé".

 

© DR

Alyzée Lalande incarne Fleur-de-Lys à la place de Julie Zenatti. Trop jeune lorsque Notre-Dame de Paris se jouait pour la première fois,elle a découvert le spectacle en DVD. "Je connaissais 'La Monture' parce que mes grandes sœurs l'écoutaient non-stop. C'était leur chanson préférée". Issue d'une formation théâtrale, la jeune femme a fait ses premiers pas dans la série Plus Belle La Vie et dans les comédies musicales Le Bal des Vampires et Le Voyage Extraordinaire de Jules Verne. "Je me retrouve beaucoup dans le personnage", assure-t-elle. "Au début, elle est amoureuse, comme toutes les jeunes filles de mon âge peuvent l'être. Elle est innocente et naïve. Quand elle se fait tromper, elle montre un autre côté d'elle, un peu plus sale. Elle est jalouse et veut récupérer Phoebus". 

 

© DR

Daniel Lavoie retrouve le personnage de Frollo, 15 ans après avoir raccroché la soutane. Et après tout ce temps, le chanteur reprend le rôle de l'archidiacre de Notre-Dame avec le même plaisir. "J'aime le côté yin et yang. Dans la vie, je suis quelqu'un d'assez gentil, mais j'ai beaucoup de plaisir à devenir le méchant. J'essaie de rendre le personnage humain, torturé, vrai. J'ai beaucoup de sympathie pour Frollo : il est perdu dans ses émotions, dans sa sexualité, dans sa vie. Beaucoup de fans reconnaissent l'humanité et la faiblesse du personnage". Et le Frollo d'aujourd'hui n'est pas le même que celui de 1998 : "Il est à la fin de sa vie. Il est fragile. Son désir et son histoire sont plus pressés. Ça devient une urgence. En reprenant le rôle, je voulais voir où il en était." Et la nostalgie de ses camarades de l'époque dans tout ça ? "C'est certain qu'ils vont me faire pleurer chaque soir. J'espère que la nouvelle troupe va réussir à me faire oublier, mais c'est une magie qu'on ne peut pas recréer".

 

© DR

Quant au mythique rôle d'Esmeralda, c'est à la chanteuse libanaise Hiba Tawaji qu'il est revenu. Elle aussi a découvert le spectacle en DVD, à 13 ans. L'artiste a été contactée après sa participation à la saison 4 de The Voice, sur TF1. Elle envisageait de se concentrer sur son album et sa carrière solo, mais impossible de dire non à une telle offre : "Avec Starmania, c'est un des plus gros spectacles musicaux jamais produit en France. J'ai directement dit oui. J'ai saisi ma chance." La jeune femme de 28 ans se reconnaît dans le personnage de la bohémienne : "Il y a beaucoup de points communs entre elle et moi : le côté solaire, passionné, cette chaleur purement orientale".      

 

 

Les créateurs de Notre-Dame de Paris, Luc Plamondon et Richard Cocciante, sont convaincus que ce retour sera couronné de succès : "Ça fait 14 ans qu'on tourne en Italie. A chaque fois qu'on revient, on se dit que peut-être que les jeunes ne viendront pas. Et à chaque fois, le public est là et rajeunit. C'est un cadeau parce qu'on ne s'attendait pas à ça, mais on l'a fait de manière courageuse. On repart et on y croit. Il ne faut pas se dire 'peut-être que les gens vont venir ou ne pas venir, sinon on ne fait rien du tout'".    

Voir aussi :