The Switch House : viens donc faire un p'tit tour à la maison

On ne change pas une recette qui gagne. Alors que les premières pierres de la Tate Modern étaient déjà posées sous forme de centrale électrique lorsque les architectes suisses Herzog & De Meuron décidèrent d'en faire un extraordinaire musée, la Switch House - toute de briques neuves vêtues - s'élève telle une pyramide, sans âge. Sa façade et les matériaux utilisés - béton, bois brut et briques - jouent admirablement bien les prolongations avec sa "vieille" voisine de bâtisse. Le succès de ce nouveau tandem ? Un autre tandem justement, celui susmentionné qui a réussi la prouesse de faire illusion du vieux avec du neuf. Immense, l'architecture de The Switch House s'étend sur 21 000 m2 répartis sur 10 niveaux. Cette grande "gigue" de 64, 5 mètres de haut ajoute 60 % d'espace d'exposition supplémentaire à l'originale, saturée d'accueillir les 5 millions de visiteurs chaque année, soit 3 millions de plus que sa capacité initiale. 
L'habit ne fait pas le moine. A l'intérieur, l'agrandissement s'est en revanche construit dans la différence. Alors que l'aile principale impressionne par ses lignes droites - héritées de la centrale électrique -, The Switch House surprend par le caractère brut et bétonné de sa structure. Son magistral escalier en colimaçon mène aux salles d'exposition avant de transporter le visiteur jusqu'au 10e ciel... Terrasse avec vue panoramique à 360 degrés sur la Tamise et la Skyline de Londres, le 10e et dernier étage est à la hauteur de sa colossale tour. Un grand bravo. 
©  Alice Thierry