Harry Potter : on a visité les studios à Londres

C'est le lieu de pèlerinage incontournable pour tous les fans d'Harry Potter : les studios dans lesquels ont été tournés les 8 films de la franchise, près de Londres. Le Journal des Femmes a eu la chance de s'y rendre. Embarquez à bord du Magicobus pour une visite guidée.

© Warner Bros. Studio London Tour.©

Direction Gare du Nord, à Paris, pour prendre l'Eurostar à destination de Londres. Certes, le point de départ à moins de charme que le quai 9 3/4, mais la promesse qui l'accompagne est la même : celle de partir pour une destination magique, les studios de Leavesden, à 30km de la capitale britannique, là où ont été tournés les 8 films Harry Potter. Pour célébrer le 15e anniversaire de la sortie américaine du premier volet, Harry Potter à l'école des sorciers, le 16 novembre prochain, une série d'événements a été mise en place. Si les visiteurs peuvent déambuler dans les décors depuis mars 2012, l'accent est cette année mis sur Hagrid. J'ai donc appris plusieurs secrets sur le garde-chasse de Poudlard et sur les coulisses de l'univers créé par J.K. Rowling.             
À l'écran, Hagrid est incarné par le comédien britannique Robbie Coltrane, mais celui-ci ne mesure "que" 1,85 mètre alors que son personnage culmine à plus de 2,6 mètres. L'acteur était en réalité doublé par le rugbyman Martin Bayfield pour les plans larges, filmés de loin. Le sportif mesurant 2,08 m, les spectateurs n'y ont vu que du feu. Celui-ci était installé dans une sorte de carcasse métallique sur laquelle était ajoutée le manteau d'Hagrid. Impossible à déplacer à la seule force des jambes, à cause de son poids, la carcasse était actionnée par un mécanisme automatique et l'athlète, rafraîchi grâce à une sonde. Toujours pour créer cette illusion d'optique, tous les accessoires du personnage existaient en deux tailles : les uns à l'échelle de Robbie Coltrane, les autres adaptés à la taille de Bayfield. Parfois, la limite entre trucage et magie est ténue. Les fans de Hagrid peuvent également traverser sa cabane. Mais ce n'est évidemment pas le seul décor que les "Potterheads" peuvent découvrir pendant les 3 heures de visite, loin d'être menée à la baguette. 

Entre magie et émotion 

Celle-ci commence par l'un des décors les plus importants, la Grande Salle de Poudlard, avant de se poursuivre avec le dortoir et la salle commune de Gryffondor, le bureau du professeur Dumbledore ou encore le Chemin de Traverse. La visite s'achève sur une pièce maîtresse qui m'a laissée bouche bée... Mais pour ne pas briser la magie, Silencio ! La dernière salle des studios, peut-être la plus émouvante, est une reconstitution de la boutique de baguettes magiques d'Ollivander : sur les boites de chaque baguette figure le nom des quelques 4 000 personnes qui ont participé à l'aventure Harry Potter, entre 2001 et 2011. Ceux des comédiens y figurent - la boite estampillée Alan Rickman provoque forcément un pincement au coeur -, mais aussi ceux des maquilleurs, techniciens, costumiers, responsables des effets spéciaux... Le jeu consiste alors à retrouver les écrins dont l'identité nous paraît familière. 
Les fans de créatures fantastiques auront aussi des étoiles plein les yeux grâce à l'atelier dans lequel les artistes réalisent les prothèses et masques revêtus par les comédiens ainsi que les animaux qui peuplent l'imaginaire de J.K. Rowling, et aujourd'hui, celui de millions de personnes. Là, près d'une reconstitution de Dobby, quelques chaussettes ont été déposées par les visiteurs, pour libérer l'Elfe de maison, comme dans les romans. Mais quand je demande à notre guide ce que les studios font de ces socquettes, sa réponse ne tolère pas plus de curiosité : "C'est un secret."               

Pour finir, voici quelques informations sur le tournage des films Harry Potter, à ressortir pour vous démarquer du commun des Moldus :
- plus de 3 000 baguettes ont été créées pour les besoins des films
- les livres qui composent la bibliothèque de Dumbledore sont des bottins de la ville de Londres recouverts de papier pour leur donner l'apparence de grimoires
- les combats de baguette ont été créés par un vrai chorégraphe, Paul Harris, spécialiste de cette discipline

Si les esprits chagrins (à défaut d'être frappeurs) ont vite fait de critiquer le merchandising entourant les films, ne faites pas l'impasse sur la boutique qui clôt la visite. Vous craquerez à coup sûr pour une baguette, une carte du Maraudeur ou des Chocogrenouilles...

Le bureau d'Albus Dumbledore © Warner Bros.

Voir aussi :