8 bonnes raisons d'écouter "Oh My My", le nouvel album de OneRepublic

Après trois années d'attente, OneRepublic a finalement sorti son quatrième album. "Oh My My", c'est trois ans de travail pour 16 titres intenses. Découvrez pourquoi il faut l'écouter.

© Francesco Carrozzini

C'est en 1996 que tout commence. A l'époque, les lycéens Ryan Tedder et Zach Filkins ont une même passion : la musique. De cette passion naît un groupe de rock, mis entre parenthèses le temps de l'université. Neuf ans plus tard, les deux amis se retrouvent et sont rejoints par Brent Kutzle, Eddie Fisher et Drew Brown. OneRepublic naît alors et est vite repéré par Timbaland en personne qui le fait connaître en remixant Apologize. Le succès est immédiat et propulse le groupe sur le devant de la scène. Dreaming Out Loud, leur premier album, rencontre un succès immédiat. Suivront Waking Up puis Native, tous deux salués par les fans et la critique. Après trois années d'attente, OneRepublic dévoile donc Oh My My, son quatrième opus. A l'intérieur, 16 titres - 20 dans l'édition Deluxe - confirment le talent du groupe américain et la plume exceptionnelle de Ryan Tedder. Voici 8 bonnes raisons de l'écouter.

  • Parce que trois ans se sont écoulés depuis leur précédent album Native, et que trois ans, c'est long
  • Parce que les textes de Ryan Tedder sont toujours empreints d'émotion
  • Parce qu'ils signent des collaborations avec les frenchies Cassius, Santigold et Peter Gabriel
  • Parce qu'on sait qu'une tournée suivra, et qu'on pourra revoir les pas de danse intenses du chanteur

  • Parce qu'on ne se lasse pas d'écouter Let's Hurt Tonight, petite pépite qui ouvre l'album
  • ... et l'intense et mélancolique Choke
  • Parce qu'il a été composé dans plus de vingt pays différents. Pour preuve, les bruitages de danseurs de flamenco à Madrid, la cloche de Big Ben à Londres ou encore de claquements résonnant sur la place Rouge de Moscou intégrés dans l'album
  • Parce que Ryan Tedder aborde tous les sujets : l'amour, la perte d'un être cher ou encore l'état du monde actuel dans Born : "The worlds gone crazy and you might be stuck" (Le monde devient fou et vous pourriez vous retrouver coincé, ndlr)

Découvrez le clip de Wherever I Go, premier extrait de l'album :