Naïve New Beaters : l'entretien fou, fou, fou

Les Naïve New Beaters nous ont fait groover tout l'été grâce à "Heal Tomorrow", duo avec Izia. Douze ans après sa création, le trio composé de David Boring, Eurobelix et Martin Luther BB King sort un nouvel album intitulé "À la folie". Il ne nous en fallait pas plus pour rencontrer ces brillants bizarres.

© Sdp

De la "dance grunge", anciennement de la "pop rappée avec des sentiments chaloupés". Voilà comment les Naïve New Beaters décrivent leur musique. Gravitant dans l'univers de la scène française depuis 2004, ces trois joyeux lurons continuent de nous faire sourire avec leur allure déjantée, leurs sons qui vous donnent la pêche et leur franglais cool. Live Good en 2008 par exemple, c'était eux.
C'est à Rock en Seine que nous les avons rencontrés. David Boring, Eurobelix et Martin Luther BB King, des noms dont ils ont hérité par "génialogie", ont joué leur nouvel album devant un public électrique. À la folie, c'est son nom, est un opus né après leur séparation amoureuse respective, intervenue quasi-simultanément. Sur scène, dans des combinaisons d'astronautes de la vibe, ceux qui signent un duo avec Izia sur Heal Tomorrow mettent le feu. 
Quand on leur demande d'où vient leur nom, ils nous répondent : "Notre premier morceau, Mess life, était assez naïf, plutôt nouveau et avec du beat. On s'est alors dit que si on faisait du naive new beat, on était les Naïve New Beaters." De gentils fous à qui on a concocté un entretien dingue.

Les Naïve New Beaters à Rock en Seine 2016 © Olivier Hoffschir

INTERVIEW "A LA FOLIE"

Qui est le plus fou ?

David Boring : Eurobelix !
Eurobelix : Martin Luther BB King
Martin Luther BB King : David Boring... Tiens, on devrait faire un dessin animé façon Collège fou, fou, fou (série d'animation japonaise des années 80, ndlr).

La rencontre la plus folle que vous ayez faite ?

Eurobelix : J'ai rencontré Oxmo Puccino et Miossec, deux idoles de jeunesse.
David Boring : On a joué pour Johnny Hallyday et on lui a serré la main.
Martin Luther BB King : On a croisé Method Man et Redman dans les couloirs du Festival Panoramas à Morlaix. Et on a quand même fait notre première tournée avec les Kills.

Votre souvenir de concert fou ?

Eurobelix : Je dirais le Mexique, au tout début de notre groupe. Mais cet été, on a joué sur une grande scène au festival Beauregard et j'ai eu de grosses sensations.
David Boring : Aux Philippines. On a réussi à faire lever le public de 3 000 personnes.

Qu'est-ce que vous aimez à la folie ?

Martin Luther BB King : Les olives aux anchois.
Eurobelix : Le vin, même si on vend de la bière (la Naive New Beer, ndlr).
David Boring : Les filles !

La remarque la plus folle qu'on vous ait faite ?

David Boring : "Tu ressembles à Johnny Depp, mais en moche." On m'avait déjà comparé à Keanu Reeves. Quoi qu'il en soit, c'est toujours en moche.
Martin Luther BB King : Je me souviens d'un mec à Bordeaux qui hurlait "ta gueule t'as pas de message" en plein concert...

Vos fans sont-ils fous ?

David Boring : Moins qu'avant, ils se sont calmés. Avant on nous envoyait des dessins bizarres, maintenant il n'y a plus rien de flippant.
Eurobelix : On est même devenus amis avec certains d'entre eux. On part en vacances avec notre fan numéro un. Ce qui est bête, parce qu'il n'est plus fan du coup.

Un fou que vous admirez ?

David Boring : DiCaprio et Dali.
Martin Luther BB King : Stanley Kubrick. C'est beau de voir la folie esthétiquement mise en image.
Eurobelix : Gérard Depardieu.

La chanson qui vous rend fou ?

David Boring : George Kranz, Din Daa Daa ou Should I Stay or Should I Go des Clash.
Eurobelix : Mr Oizo, Stunt.
Martin Luther BB King : Bucephalus Bouncing Ball d'Aphex Twin, issu de la bande-originale de Pi de Darren Aronofsky.

Naïve New Beaters, À la folie. Disponible dans les points de vente habituels.

Voir aussi :