Slimane : son live inédit à fleur de peau

Slimane, c’est dès la première note qu’on tombe amoureuse de lui. A l’Orphée, club erotico-chic de Pigalle à Paris, le gagnant de "The Voice" a dévoilé les titres de son album et chanté dans une ambiance intimiste. On y était.

© Maguelonne Rigal

Avec la reprise sensible de Vitaa, A fleur de toi, en février dernier, Slimane a fait craquer le jury de "The Voice", le public, et nous, évidemment. Il nous accueille à l'Orphée, club où il travaillait et a eu ses "plus folles soirées" pour un concert privé. Sourire en coin et bonnet sur la tête, le gagnant de l'émission prend le temps de faire la bise à toutes les personnes présentes dans la salle avant de prendre le micro timidement afin de remercier tous ceux qui l'ont accompagné. Devant une quarantaine de spectateurs, il révèle alors les titres de son nouvel album A bout de rêves "qu'il prépare depuis 10 ans" et qui sort ce vendredi 8 juillet dans les bacs. Le premier titre, L'enfant de la rue, est chanté par quelques proches seulement contrairement à Paname, chantée et dansée par tout le public. Adieu, "sa préférée", nous donne des frissons, Je serais là pour sa maman fait pleurer certaines et notre respiration cesse à l'écoute de Le Vide. Quant à Tu m'aimes bien en duo avec Annabelle, une complice qu'il "aime tout court", elle nous fait rougir. Entre chaque chanson dédiée à un proche, le chanteur ne cesse de remercier son entourage pour un album "fait en famille" entièrement en français, criant de vérité, tout en émotion, autodérision et nouveau souffle. Lorsqu'il reprend le micro, déterminé, pour chanter cinq chansons et quelques impros, les fans ont les yeux qui brillent. Sa voix profonde, énergique et douce nous emporte et nous touche. On était là, à 50 cm de son regard rieur et son charme désarmant, et on n'est pas prêtes d'oublier ce moment inédit.

Le sourire dévastateur de Slimane ne nous a pas laissé indifférentes... © Maguelonne Rigal/Journal Des Femmes
Un moment intimiste avec Slimane à l'Orphée pour un concert privé et inédit: on a adoré !© Maguelonne Rigal/Journal Des Femmes