Seal, faiseur de tubes

C'est la marque des grands : il suffit de prononcer leur nom pour que des notes résonnent dans notre tête. Ou de citer des chansons pour que leur interprète soit aussitôt identifié. Si je vous dis "Love's Divine", "Kiss from a rose" ou "Fly like an eagle", vous me répondez... ?

© GSI/ABACA

Un homme à succès. Son nom va bientôt s'afficher en lettres rouges sur le fronton de l'Olympia. Seal donnera deux concerts dans la mythique salle parisienne les lundi 27 et mardi 28 juin 2016. Deux dates au cours desquelles la star interprétera les morceaux de son dernier album, 7, mais aussi (avis aux fans) ses plus grands titres. Quand on prononce le nom de Seal on se surprend en effet à fredonner les premières notes de Love's Divine et Crazy, des titres forts et phares parmi une discographie éclectique.   
Seal rencontre le succès en 1991 avec les chansons Killer et Crazy. Enregistrée avec le producteur Adamski, Killer parle de la nécessité de dépasser ce qui nous entrave et s'inscrit dans la mouvance du Second Summer of Love, cette période des années 1988 et 1989 en Grande-Bretagne qui prônait l'hédonisme. Crazy a acquis son statut de tube avec le temps. La chanson figure dans la bande-originale des films Basketball Diaries, en 1995, avec Leonardo DiCaprio et Mark Wahlberg, ainsi que dans Clockers de Spike Lee, en 1995. De quoi marquer durablement les tympans des cinéphiles. Crazy bénéficie ensuite d'une seconde jeunesse à travers les reprises, notamment du groupe de hard rock Talisman ou d'Alanis Morissette en 2005.            
Un autre tube de Seal a l'honneur de figurer sur la bande-originale d'un film. En 1995, la chanson Kiss From a Rose clôt le Batman Forever de Joel Schumacher et rafle l'année suivante le Grammy Award de la chanson de l'année. Le titre reste numéro 1 aux États-Unis pendant douze semaines. 
Les années 2000 sont aussi prolifiques pour le chanteur. En 2001, il partage le duo Les Mots avec Mylène Farmer. Le titre est un succès et se vend à plus de 500 000 exemplaires en France. Deux ans plus tard, Seal émeut le monde entier avec un hymne à l'amour bouleversant, Love's Divine. En 2008 enfin, la chanson A Change is Gonna Come est utilisée pendant la campagne de Barack Obama, alors candidat à la Maison-Blanche. Interprété en 1963 par Sam Cooke, le titre, emblématique du mouvement des droits civiques, illustre à merveille l'état d'esprit de l'Amérique d'alors et ce vent d'espoir qui souffle sur le pays.
Certaines chansons du dernier opus de Seal, 7, sorti le 6 novembre 2015, auront sans doute le même destin. On parie sur Padded Cell...        

 © Gérard Drouot Productions

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Voir aussi :