Superbus : "Sixtape est l’album du renouveau"

Le groupe Superbus signe enfin son grand retour après 4 ans d’absence. "Sixtape", leur sixième album, c'est 14 titres pop rock menés avec brio par la pétillante Jennifer Ayache. Confidences en chansons.

© Warner Music France

Superbus, c'est plus de 15 ans d'existence, 5 albums couronnés de succès, une pluie de récompenses et surtout une voix reconnaissable entre mille. Celle de Jennifer Ayache, qui mène le groupe avec brio depuis ses débuts. Après quatre ans d'absence, le groupe revient sur le devant de la scène avec Sixtape, son sixième album. C'est dans les locaux d'un studio d'enregistrement parisien que nous rencontrons les membres du groupe. François Even le bassiste, Patrice Focone le guitariste, Romain Bachelard le batteur, et la chanteuse Jennifer Ayache arrivent un à un. La veille, ils étaient sur le plateau de l'émission Taratata. A deux jours de la sortie de l'album, le groupe enchaîne les promos média et semble confiant et heureux de se retrouver. Après avoir joué quelques titres en live pour le Journal des Femmes, ils répondent à nos questions. Confidences sans fausses notes.

Découvrez le titre On the river, extrait de l'album Sixtape :

Journal des Femmes : Parlez-moi de Sixtape, votre 6e album.
Jennifer Ayache :
C'est un peu l'album du renouveau. Depuis quelques années, nous avons connu quelques changements : nous avons fait une longue pause, changé d'équipe mais aussi de maison de disque. Avec Sixtape, on a essayé de faire évoluer notre musique tout en gardant la touche Superbus.

Le 1er extrait de l'album est Strong and Beautiful. Un titre plein d'énergie dans la lignée de Butterfly ou Travel the world.
C'est le titre qu'on voulait sortir en premier car il ressemble à ces chansons-là et on ne voulait pas déstabiliser nos fans. J'ai écrit ce texte après les attentats de Charlie Hebdo en janvier 2015. A l'époque, je voyais des choses grandiloquentes, des gens qui courent mais on n'avait pas envie de faire une chanson directement sur ces évènements. Je me suis approprié le texte et c'est devenu une chanson qui nous pousse à rester forts, beaux, la tête haute et surtout positifs.

Découvrez le titre Strong and Beautiful, extrait de l'album Sixtape, en captation 360° :

Dans le titre J'ai déjà, vous dites avoir "rencontré vos idoles, fait semblant d'avoir mal pour recevoir de l'attention ou fait des cerises en boucles d'oreilles". Quelle chose avez-vous déjà faite et n'est pas mentionnée dans la chanson ?
Tellement de choses (rires) ! Mais je ne dirais rien. Cette chanson dresse un peu le bilan de ma vie : j'ai commencé la chanson jeune et j'ai l'impression d'avoir tout vécu. Je pense avoir trop fait trop tôt. Reste à savoir ce qu'il me reste encore à faire aujourd'hui.

Il y aura une tournée à l'automne. Hâte de retourner sur scène ?
Jennifer Ayache :
On fait des albums pour partir en tournée donc bien sûr ! Nos concerts sont physiques, plein d'énergie.

Patrice Focone : Faire une tournée s'apparente un peu au fait de sauter en parachute. Tu as une montée d'adrénaline et de la peur, mais tu fonces, tu profites, et à la fin, t'as envie de recommencer.

Quels sont vos rituels avant de monter sur scène ?
Nous en avons beaucoup mais on ne les dira pas car on ne veut pas qu'on se moque de nous (rires).

Avec quels artistes aimeriez-vous collaborer ?
Jennifer Ayache :
Hier, on a fait un duo avec Hyphen Hyphen et on était très contents !

Patrice Focone : Quand tu as posé la question, j'ai tout de suite pensé à David Bowie mais c'est maintenant impossible. On vit au jour le jour. Les collaborations sont le fruit de rencontres, du hasard.

Découvrez le titre Butterfly, en live pour le Journal des Femmes :

Une question qui vous agace ?
Patrice Focone :
"Superbus, c'est un mot latin, vous l'avez trouvé dans le dictionnaire"… (rires)

Ça va bientôt faire 20 ans que le groupe existe. Qu'est-ce que vous avez prévu pour cet anniversaire ?
François Even :
Un Bercy. Et si ça ne se fait pas, on se fera une bonne bouffe.

Un bilan de ces 20 ans ?
Jennifer Ayache :
Ça passe trop vite. Mais on recommencerait tout sans hésiter.

François Even : (Il se met à chanter) Non, rien de rien. Non, je ne regrette rien.

Découvrez le titre Travel the world en live pour le Journal des Femmes :

Lequel d'entre vous a dû le plus accorder ses violons pendant l'enregistrement de l'album ?
Je pense qu'on a tous accordé nos violons à tour de rôle.

Qu'est-ce qui vous met des trémolos dans la voix ?
Patrice Focone :
La chanson pour Pierrot de Renaud.

Qui dans le groupe mène les autres à la baguette ?
Patrice Focone :
Je te laisse deviner (en pointant Jennifer Ayache du doigt) !

Qui donne le plus le LA ?
Patrice Focone :
Ça dépend, Jen ou moi.

Celui qui élève le plus le ton ?
Jennifer Ayache :
C'est Patrice !

Des choses que vous envoyez valser ?
Jennifer Ayache :
Pas vraiment, il faudrait d'ailleurs que je le fasse un peu plus.

Arrivez-vous à tenir le rythme en tournée ?
Patrice Focone :
Par rapport à quelqu'un qui va à l'usine, on n'a pas à se plaindre. C'est l'attente jusqu'au concert le soir qui est parfois agaçante.

François Even : C'est comme après une bonne journée de ski : tu t'es amusé toute la journée mais t'es quand même fatigué le soir.

Quelle est votre corde sensible ?
François Even :
Le mi.

Jennifer Ayache : Tellement de choses ! (Elle réfléchit) C'est une question très personnelle…

Patrice Focone : Les rapports fraternels, familiaux ou amicaux. Quand il se passe des choses fortes entre des personnes qui s'aiment.

La chanson que vous entonnez le plus en ce moment ?
Patrice Focone :
Ya Rayah de Rachid Taha.

Jennifer Ayache : Can't feel my face de The Weeknd, que tu peux chanter sur n'importe quelle mélodie.

Quelle est votre mélodie du bonheur ?
Jennifer Ayache :
La Madrague de Brigitte Bardot. Dès que j'écoute cette chanson, je suis bien.

François Even : Isn't she lovely de Stevie Wonder.

Patrice Focone : Les explications de mon jeune fils quand il se réveille.

La dernière fois que vous l'avez mise en sourdine ?
François Even :
Lundi mais je ne peux pas dire pourquoi.

Patrice Focone : Lundi aussi, et pour les mêmes raisons.

Vous arrive-t-il de jouer du pipeau ?
Jennifer Ayache :
Tout le temps ! On passe sa vie à jouer du pipeau !

Patrice Focone : Je trouve qu'on est assez sincère dans l'ensemble, non ?

Quelle musique adoucit les mœurs selon vous ?
Jennifer Ayache :
La musique des années 60.

Patrice Focone : Un Ti Amo au réveil et c'est parti !

La dernière fois que vous avez changé de disque ?
Jennifer Ayache :
J'ai fait une interview récemment avec Brigitte Lahaie et je ne m'attendais pas à des questions aussi intimes…

Découvrez les coulisses du tournage du live de Superbus pour Journal des Femmes :