Joyce Jonathan : attention, talent !

Il aura fallu trois ans à Joyce Jonathan pour concevoir son nouvel album. "Une Place pour Moi" rassemble 12 titres touchants, pleins d’espoir et en partie autobiographiques. Nous avons eu la chance de rencontrer cette artiste, touchante.

© Yann Orhan

Joyce Jonathan force le respect. A 26 ans seulement, elle a déjà trois albums à son actif, cumule les récompenses, et séduit des millions de fans sur les réseaux sociaux. A l'occasion de la sortie de son troisième opus Une Place pour Moi, dans les bacs le 5 février 2016, elle s'est confiée au détour d'un café. Souriante, chaleureuse, bonne copine, Joyce Jonathan nous a parlé musique, relations amoureuses, séduction, beauté et cuisine.

Joyce Jonathan © Yann Orhan

Racontez-nous un peu votre parcours...
Joyce Jonathan : Mes parents m'ont inscrite très tôt à des cours de piano, j'ai appris la guitare toute seule et j'ai même pris des cours de chant en cachette. A l'âge de 7 ans, j'ai écrit ma première chanson qui était un grand n'importe quoi, mais progressivement, écrire est devenu un moyen d'extérioriser mes sentiments. Alors que j'étais en fac de psycho pour étudier la musicothérapie, j'ai produit mon premier album Sur mes gardes sur My Major Company. Le deuxième, Caractères, est sorti trois ans plus tard.

Pouvez-vous nous parler de ce nouvel album Une Place pour Moi ?
Cet album raconte un an et demi de vie émotionnelle : j'y évoque toutes les phases d'une rupture, mais aussi d'une nouvelle rencontre, et tout ce qu'on peut ressentir pendant cette période. Quand on tourne la page d'une relation, c'est une partie de nous-même qu'on laisse de côté. On peut dire que cet album est un journal de sentiments.

Vous faites un duo avec Vianney, Les filles d'aujourd'hui. Pouvez-vous nous en dire plus sur cette collaboration ?
Quand on s'est rencontrés, on s'est tout de suite compris. On a le même âge, on vit les mêmes choses et on a eu envie de faire une chanson qui parle de notre génération. Aujourd'hui, on vole d'histoire en histoire sans jamais en vivre une pleinement. Avec la multiplication des sites de rencontre, rencontrer quelqu'un est devenu tellement facile que dès qu'une difficulté se présente, on a tendance à passer à autre chose.

Je me jette à l'eau est une chanson pleine d'espoir... Vous avez tourné la page aujourd'hui ?
On va dire que le temps fait bien les choses (rires). Je me jette à l'eau, c'est une manière de se motiver. La vie est assez longue pour permettre de nouveaux départs. On a toujours l'impression qu'une rupture est la fin du monde, mais au contraire, elle entraîne un nouveau souffle.

Vous n'exposez pas votre privée dans les journaux, mais dans votre musique, oui. Pourquoi ce paradoxe ?
J'aime parler des sentiments humains car ce sont des thèmes qui touchent tout le monde. Ecrire une chanson est un moyen de livrer ce que je ressens, que ce soit lié à ma vie ou à celle de mes proches. Le fait de me cacher derrière une chanson me permet d'extérioriser des choses sans forcément parler de moi.

Vous écrivez et composez toutes vos chansons. Comment se passe ce processus ?
L'écriture est toujours liée à une émotion, un état un peu extrême. Certains voient un psy, moi j'écris pour éviter d'exploser à tout instant comme une cocotte-minute. Généralement, la mélodie me vient en même temps que le texte.

© William

Quel est votre fantasme masculin ?
Louis Garrel

Qu'est-ce que vous regardez en premier chez un homme ?
Son regard car il dévoile sa gentillesse et son intelligence. Généralement, le regard ne trompe pas.

Êtes-vous attirée par les bad boys ?
Comme tout le monde, c'est notre côté auto-destructeur. Vivre un amour passionnel qui nous pousse à bout nous attire tous, mais généralement, ça ne dure pas.

Est-ce que vous croyez en l'âme sœur ?
Je pense qu'il y a des personnes idéales pour chacun et que des personnes se rapprochent de l'idéal. C'est une vraie chance de tomber sur elles.

Et au coup de foudre ?
Bien sûr, cela m'est même déjà arrivé. Mais pour que ça dure, il faut qu'il y ait d'autres partages, des connexions sensorielles et intellectuelles.

Que faut-il faire pour vous séduire ?
Me faire rire et me faire sentir différente. Qu'il ne soit pas comme ça avec tout le monde.

Quel est le tue-l'amour par excellence ?
Quelqu'un de trop intéressé par l'argent, par ce que représentent les choses plutôt que par les vraies valeurs humaines, et les personnes qui changent de comportement en fonction des gens.

Êtes-vous du genre rentre-dedans ou faut-il vous courtiser longuement ?
Ça dépend. Je peux être très rentre-dedans si la personne me plaît vraiment et que j'ai l'impression que c'est réciproque.

Quel produit de beauté ne vous quitte jamais ?
J'en ai plusieurs : une crème à la grenade de Weleda pour prendre soin de mes mains, un produit signé Laura Mercier qui fait à la fois anti-cernes et poudre matifiante, et une crème matifiante de Couleur Caramel qui sublime ta peau.

Votre pire fashion faux pas ?
J'assume tous mes choix vestimentaires jusqu'à présent. En revanche, ça m'est arrivé de forcer sur l'anti-cernes et d'avoir le contour des yeux tout blanc. Il faut veiller à bien l'étaler.

Quelle est votre madeleine de Proust ?
Un fondant au chocolat bien coulant avec une glace vanille.

Le maquillage : tous les jours ou avec parcimonie ?
Pour les grandes occasions. Au quotidien, j'aime bien avoir un rouge à lèvres ou souligner mon regard avec un khôl.

Votre pièce fétiche ?
En ce moment, je ne quitte pas mon manteau Kenzo.

Une fringale à 2h du matin ?
Chez moi, j'ai des produits assez sains donc je peux me jeter sur un yaourt, un fromage blanc ou des fruits. Sinon, un McDo après une soirée, c'est très efficace.

Quel conseil beauté donneriez-vous à nos lectrices ?
Travailler les sourcils : un gris foncé fondu dans les sourcils suffit à intensifier le regard tout en restant léger. On n'y pense pas assez.

La tenue que vous portez pour un premier rendez-vous ?
Il faut être à la fois cool et un peu chic, sans montrer qu'on a mis 3 heures à se préparer. La bonne alternative, c'est le combi-short avec des compensées Robert Clergerie et une veste en cuir IKKS.

Une adresse coup de cœur à nous confier ?
Il y en a plusieurs : la Guinguette d'Angèle qui propose une cuisine très saine, la pâtisserie de Pierre Hermé et notamment son macaron passion-chocolat, et les choux Popellini qui sont excellents.

Une place pour moi, dans les bacs le 5 février 2016 © Polydor