"Bridget Jones Baby" en librairies : les confidences de l'auteure Helen Fielding

INTERVIEW - Helen Fielding, créatrice de la mythique Bridget Jones, nous parle de son héroïne, à l'occasion de la sortie en France du quatrième tome de ses aventures, "Bridget Jones Baby".

"Bridget Jones Baby" en librairies : les confidences de l'auteure Helen Fielding
© Ken McKay/ITV/Shutterst/SIPA

Une tête blonde aux traits aussi imparfaits que sympathiques, des rondeurs décomplexantes, une personnalité touchante et une fâcheuse tendance à gaffer en permanence : il n'est plus besoin de présenter Bridget Jones, personnage mythique qui nous fait rire et pleurer depuis bientôt 20 ans. Mais derrière l'amusante Bridget se cache une figure toute aussi passionnante : Helen Fielding, Anglaise de 58 ans. C'est elle qui a créé les aventures de Bridget Jones dans les colonnes du journal The Independant en 1999. Depuis, 4 ouvrages et 3 films ont vu le jour. 

Et le dernier livre en date n'est autre que Bridget Jones Baby, paru en France le 16 novembre 2016 aux éditions Albin Michel. Dans ce quatrième tome, notre héroïne est à l'aube de la quarantaine et surtout... enceinte. Le hic ? Elle ne connaît pas l'identité du père de l'enfant : Mark Darcy, son grand amour dont elle est séparée, ou Jack, un charmant quarantenaire rencontré lors d'un festival ? Un triangle amoureux tragico-désopilant qui va ravir les fans de la première heure, mais aussi les autres. 

Le Journal des Femmes : Bridget Jones Baby est-il l'adaptation littéraire du film ? 
Helen Fielding : 
Ce livre est tiré des aventures originales de Bridget Jones, sur lesquelles se base également le film. Comme pour le premier tome, Bridget Jones Baby s'inspire directement de mes chroniques dans le journal The Independant et plus précisément de mes chroniques rédigées entre août 2005 et juin 2006. Le film Bridget Jones Baby [sorti le 5 octobre 2016 en France, ndlr] a porté cette histoire sur le grand écran. Après cela, il me semblait être une bonne idée de faire honneur à Bridget en portant à nouveau à l'écrit ses aventures, en cette période de Noël. 

Où doit-on situer ce quatrième ouvrage par rapport aux autres ? 
Bridget Jones Baby correspond à une période antérieure à celle du troisième livre, Bridget Jones : Folle de luioù Bridget a déjà deux enfants. Ce quatrième ouvrage revient sur les conditions dans lesquelles l'héroïne est devenue maman. 

Pourquoi cet anachronisme ? 
La réalisation du film a pris beaucoup de temps. J'ai donc pris de l'avance en poursuivant à l'écrit la suite des aventures de mon héroïne. Bien sûr, cela peut prêter à confusion pour les fans, mais heureusement, il s'agit d'une histoire inventée et d'un personnage fictif, pas de l'histoire de la bataille de Waterloo ! Je pense qu'aujourd'hui, les gens sont habitués aux prequels et sequels dans les mondes du livre et du cinéma, et au fait que tout ne soit pas forcément réalisé en continu. Je suis très heureuse que cette partie de la vie de Bridget soit aujourd'hui publiée en France ! 

Quel message voulez-vous transmettre aux femmes à travers le personnage imparfait de Bridget Jones ?
Bridget se situe à la frontière entre ce que les gens voudraient être et ce qu'ils sont vraiment. Et Bridget Jones Baby parle de l'écart entre comment nous voudrions que notre vie évolue, et comment nous la faisons évoluer en réalité. Nous vivons plus que jamais dans un monde où les choses extérieures, comme la beauté, la réputation, la minceur, comptent davantage que le fait d'être humain, gentil et généreux. C'est particulièrement difficile pour les jeunes aujourd'hui, qui se jugent mutuellement par exemple sur le nombre de likes qu'ils peuvent avoir sur les réseaux sociaux. Le fait que Bridget ait du succès auprès des adolescentes est une bonne chose à mes yeux. Cette histoire peut leur rappeler qu'être une bonne personne est plus important que d'avoir des fesses rebondies ou un sac à main de luxe ! 

Quand avez-vous pris conscience de l'immense succès de Bridget Jones ? 
Au départ, j'ai écrit anonymement dans The Independant. Je pensais que tout le monde trouverait ces aventures idiotes et que cela s'arrêterait au bout de quelques semaines. C'est quand des lettres de fans ont été envoyées au journal que les choses ont commencé. Mes chroniques sont devenues un livre [Le Journal de Bridget Jones, ndlr], qui a été très bien accueilli et lors de sa sortie en livre de poche, il a été numéro un des ventes pendant six mois au Royaume-Uni, pour ensuite être adapté dans le monde entier. Si j'avais un seul instant imaginé qu'autant de personnes allaient lire mes écrits, je n'aurais jamais osé et réussi à retranscrire aussi honnêtement les sentiments des femmes. Cela me touche énormément que les gens soient aussi attachés à ce personnage depuis presque vingt ans. 

Cet ouvrage marque-t-il la fin des aventures de Bridget Jones ? 
Je n'en sais rien ! Chaque nouvelle aventure m'est venue totalement spontanément. En écrivant, une nouvelle histoire m'arrive à l'esprit et c'est comme ça que la vie de Bridget a toujours évolué, par mon imagination. C'est pour moi le propre de cette comédie, ce qui la rend profondément vraie. Tout ce que je peux dire, c'est que je vais attendre de trouver une nouvelle histoire qui soit suffisamment drôle et qui ait du sens. J'accorde beaucoup d'importance à Bridget et ceux qui l'aiment et c'est capital pour moi de garder l'intégrité de ce personnage. J'espère cependant que dans de nouvelles aventures, elle apprendra à cuisiner à la française... sans provoquer un incendie !  

Bridget Jones Baby de Helen Fielding (Albin Michel), en librairies depuis le 16 novembre au prix de 19,90€.

© Albin Michel

Voir aussi :