Michel Butor, chef de file du Nouveau Roman, est mort

DECES - L'écrivain, poète et essayiste Michel Butor, figure du mouvement littéraire du Nouveau Roman, s'est éteint le 24 août 2016 à l'âge de 89 ans. Il laisse derrière lui une œuvre monumentale.

"Chaque mot écrit est une victoire contre la mort", confiait Michel Butor en 1967, dans l'un des fameux entretiens donnés à Georges Charbonnier. Des mots, il en a écrits, au vu de son œuvre comptant pas moins de 1.500 livres. En revanche, la mort l'a emporté : l'écrivain s'est éteint le mercredi 24 août à l'âge de 89 ans, à l'hôpital de Contamine-sur-Arve, en Haute-Savoie, près de son domicile, selon Le Monde. Les causes du décès n'ont pas encore été révélées.

Appartenant au mouvement du Nouveau Roman, il a déconstruit le roman et cassé les codes littéraires, aux côtés des auteurs Nathalie Sarraute, Alain Robbe-Grillet ou encore Claude Simon, tous publiés aux Editions de Minuit. Son livre La Modification, couronné du prix Renaudot en 1957, a largement contribué à sa notoriété, du fait de son originalité, l'ensemble du récit étant écrit à la deuxième personne du pluriel.

Pourtant, dès 1962, après n'avoir publié que quatre romans, l'auteur rompt avec le genre : il s'essaye aux textes expérimentaux, mais aussi à la poésie, à l'essai et devient même critique d'art et traducteur. Un véritable touche-à-tout des Lettres. Si bien, qu'il a également été professeur de français (en Egypte), de philosophie (en Suisse), de littérature (aux Etats-Unis, mais aussi à Nice et Génève). En 2013, l'Académie française lui remet le Grand prix de littérature pour l'ensemble de son œuvre.

Michel Butor © ANDERSEN ULF/SIPA