Tatiana de Rosnay : "Si je n'ai pas de livre, je suis très malheureuse"

INTERVIEW - A l'occasion de la sortie de "Moka", au cinéma le 17 août, nous avons interrogé Tatiana de Rosnay sur son rapport à la lecture. La romancière, "book addict et dévoreuse de livres", s'est "livrée" sur sa passion avec une simplicité rafraîchissante.

© Bertrand Gilles/ABACA

Quoi de plus logique que de parler bouquins avec une romancière ? Et si quelqu'un parle de sa passion avec une ferveur communicative, c'est bien Tatiana de Rosnay. L'auteure franco-britannique voit une nouvelle fois ses écrits portés à l'écran. Moka, au cinéma le 17 août, est la 3e adaptation de son oeuvre, après Elle s'appelait Sarah, en 2010, et Boomerang, sorti l'année dernière. Le film, réalisé par Frédéric Mermoud, offre 2 beaux rôles à Nathalie Baye et Emmanuelle Devos, qui s'illustrent dans un superbe duel de comédiennes. A quelques jours de la sortie du film, Le Journal des Femmes a interrogé Tatiana de Rosnay sur ses habitudes de lectrice et d'écrivain. 

Tatiana de Rosnay © Bertrand Gilles/ABACA


Le Journal des Femmes : Vous avez signé une nouvelle dans le numéro de ELLE du 29 juillet. Quel format préférez-vous : la biographie, le roman ou la nouvelle ?     
Tatiana de Rosnay :
L'écriture d'un roman nécessite 2 ans de travail et je suis contente de pouvoir écrire une nouvelle qui m'offre une petite récréation. J'aime toutes les formes d'écriture. Je me suis essayée à la pièce de théâtre [Rebecca m'a tuée en 2015, ndlr]... L'important pour moi, c'est d'écrire, mais ma forme préférée reste le roman.

Le Journal des Femmes : Quel conseil donneriez-vous à des parents qui désespèrent de donner le goût de la lecture à leurs enfants ?
Tatiana de Rosnay :
C'est très difficile de forcer un enfant à lire. Il faut d'abord que les parents aiment lire eux-mêmes. Mon seul conseil serait, dès le plus jeune âge, de laisser traîner des livres qui peuvent être palpitants pour un jeune enfant. On peut commencer avec la comtesse de Ségur, que moi j'adorais petite fille, Les Chroniques de Narnia, les Harry Potter… L'important, c'est de ne jamais refuser un livre à un enfant s'il manifeste un souhait. La lecture est un peu comme un gène : on l'a ou on ne l'a pas. Mes deux enfants par exemple n'aiment pas beaucoup ça. Dieu sait que j'ai essayé...

Le Journal des Femmes : Quel est votre premier souvenir de lecture ? Vous avez parlé de la comtesse de Ségur…
Tatiana de Rosnay :
Quand j'ai appris à lire, à 5-6 ans, j'adorais cette auteure et en particulier, Un Bon Petit Diable.

Le Journal des Femmes : Y a-t-il un roman que vous n'avez jamais pu terminer ?       
Tatiana de Rosnay :
Je suis une book addict, une dévoreuse de livres, donc c'est très rare. Je lis tout et à peu près 3 livres par semaine.

Le Journal des Femmes : Où et comment lisez-vous ?
Tatiana de Rosnay :
Je peux lire n'importe où, debout, assise, allongée… Dans les transports, dans les salles d'attente. J'ai toujours un livre sur moi, sinon, je suis très malheureuse.

Le Journal des Femmes : Que lisez-vous en ce moment ?
Tatiana de Rosnay :
J'ai la chance d'avoir quelques amis qui m'ont envoyé leurs romans pour la rentrée littéraire. J'ai le nouveau roman d'Harold Cobert, La Mésange et l'Ogresse, et le nouveau livre d'Adélaïde de Clermont-Tonnerre, Le Dernier des Nôtres, qui est absolument magnifique.

Moka, réalisé par Frédéric Mermoud, avec Nathalie Baye, Emmanuelle Devos, Olivier Chantreau... Au cinéma le 17 août. 

L'affiche de "Moka", au cinéma le 17 août © Pyramide Distribution

Voir aussi :