Versailles et l'antique

Louis XIV a imaginé Versailles comme une nouvelle Rome avec une sacralisation de son pouvoir autour de la grandeur antique. Dans sa nouvelle exposition "Versailles et l'antique" visible jusqu'au 17 Mars, le château accueille plus de 200 oeuvres (sculptures, peintures, dessins, gravures, tapisseries, pièces de mobilier et objets d'art) provenant des principales collections françaises, du Musée du Louvre et de ses propres fonds.


Tous les monarques puissants du XVIIe siècle se sont passionnés pour l'antique et ont cherché à collectionner ses pièces les plus spectaculaires ou à les faire copier. Car les posséder revenait à s'approprier un peu de cette glorieuses civilisation disparue qui a vu naître tant de dieux et de héros mythiques et touché tous les champs artistiques. Plus que tout autre souverain, Louis XIV a souhaité rassembler à Versailles les pièces les plus prestigieuses ou à les faire copier afin de transformer un peu plus son Palais en centre incontournable de pouvoir et de rayonnement culturel. 

Pour la première fois depuis la Révolution, les sculptures les plus prestigieuses qui ont orné le palais et les jardins sous l'Ancien Régime font leur retour à Versailles. Grâce au talent de Pier Luigi Pizzi, metteur en scène de théâtre, les statues de la galerie basse montées sur socle semblent converser à l'abri d'une allée d'ifs argentés...Plus loin ce sont les muses qui ont fait partie du décor des jardins de Marly qui engagent à aller admirer, au bas de l'escalier, des pièces maîtresses comme la Vénus d'Arles ou cette magnifique Diane de Versailles (dans les collections royales depuis le XVIe siècle)...

Artémis de Versailles, Diane chasseresse accompagnée d'une biche

Deuxième moitié du IVe siècle av J.C
Paris, musée du Louvre
© RMN-Grand Palais (Musée du Louvre) / Hervé Lewandowski


                                                               Crédit photo Virginie Féry-Larreur

Les autres salles de l'exposition accordent une place particulière aux héros et héroïnes  antiques : on rencontre tour à tour Alexandre le Grand, Auguste, Scipion ou de nombreuses femmes dans les voussures du Grand Appartement de la Reine. Dessins, peintures, sculptures : l'antiquité offre de nombreuses sources d'inspiration qui gagnent peu à peu tous les arts. Bientôt, ce sont tous les principaux personnages de la cour qui se font peindre sous un travestissement mythologique comme Madame de Pompadour représentée par Nattier en Diane chasseresse tenant un arc à la main.

Jeanne-Antoinette Poisson (1722-1764), marquise de Pompadour représentée travestie en Diane chasseresse.
Jean-Marc Nattier (1685-1766)
Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon

© RMN – Grand Palais (château de Versailles) / Gérard Blot 


Le thème d'Apollon et des muses sur le mont Parnasse permet dans une autre salle de découvrir la protection offerte par le monarque aux artistes. Ce thème a été largement traité dans la grande tapisserie du parnasse réalisée d'après Mignard qui a orné l'antichambre du Grand Couvert à Versailles. L'influence de l'antiquité ne s'est pas limitée aux oeuvres et décors mais elle s'est aussi étendue aux matériaux utilisés comme le marbre, le bronze, l'albâtre, le porphyre . D'autres éléments de décoration comme les boiseries monumentales, les médaillons représentant les muses jusqu'aux cinq paires de chenets en bronze doré disposées dans les cheminées ont également subi cette influence...Versailles fut véritablement une nouvelle Rome !


Chenets de la Chambre de Marie-Antoinette à Versailles

Pierre-Philippe Thomire (1751-1843)
Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon © RMN – Grand Palais (château de Versailles) / Droits réservés
© RMN – Grand Palais (château de Versailles) / Christian Jean 


 Information et réservation au 01 30 83 78 00 ou www.chateauversailles.fr