Laëtitia Clément, héroïne solaire de "Luna"

Laëtitia Clément rayonne dans "Luna", son tout premier film dont elle a le rôle-titre. Cette actrice prometteuse, actuellement en prépa-infirmière, nous a raconté ses débuts dans le 7e art. Rencontre.

Laëtitia Clément, héroïne solaire de "Luna"
© Pyramide Distribution

Le Journal des Femmes : Racontez-nous votre parcours.
Laëtitia Clément :
J'ai été repérée en casting sauvage dans mon lycée par Elsa Pharaon qui avait aussi réperé Rod Paradot, à qui je donne la réplique. J'ai été convoquée avec mes amis par ma CPE, en ne comprenant pas la raison de cet entretien... On s'est dit que ça pouvait être une belle expérience à vivre, mais je ne m'attendais à rien. Finalement, on m'a rappelée et j'ai eu le rôle. C'était hyper bouleversant.

Que retenez-vous de cette première expérience ?
C'était super enrichissant. J'ai eu une révélation pendant le tournage. J'ai adoré incarner le personnage de Luna et j'espère pouvoir continuer par la suite. La première semaine était compliquée parce qu'on ne se connaissait pas tous. Je n'osais pas totalement me lâcher devant la caméra, j'avais un peu honte. En discutant avec la réalisatrice, Elsa Diringer, mais aussi avec les autres acteurs, j'ai réussi à avoir le déclic. Je me suis dit que j'avais une chance inouïe et que je n'avais rien à perdre, mais tout à gagner.

Aviez-vous déjà envisagé de devenir actrice ?
Pas du tout. Je suis du Sud et non pas de Paris. Personne dans ma famille n'avait déjà fait du théâtre. C'est un univers qui me paraîssait loin, presque impossible. 

Comment vous-êtes vous préparée au rôle ?
Deux ou trois semaines avant le tournage, on a eu des répétitions avec une coach et Rod, pour que l'on puisse avoir une vraie complicité. On a beaucoup travaillé sur la naïveté et l'impulsivité de Luna. 

Avez-vous des points communs avec Luna ?
Pas tant que ça. J'ai beaucoup d'énergie comme elle, je suis très souriante, je suis très sociable. Je suis un peu impulsive aussi, mais pas naïve comme elle.

Rod Paradot, qui a le même parcours que vous, vous a aidée ?
Le personnage qu'il avait dans La Tête haute est complètement différent de celui qu'il a dans Luna. Il a su me rassurer grâce à son expérience, car j'étais assez stressée et j'avais peur de décevoir. Aujourd'hui, on est très amis.

Qu'est ce que ça fait de se voir à l'écran ?
C'est extrêmement bizarre. Je n'arrive pas à me plaire à l'écran, mais ça fait quand même plaisir de voir que le travail a payé et que les retours sont positifs.

Comment avez-vous abordé la scène de viol ? 
Chacun était dans son personnage. on ne se rendait pas compte de la violence de la scène et du choc que ça a pu provoquer chez les spectateurs. C'est en la voyant à l'écran, montée, qu'on s'est dit que c'était dur.

Vous avez une scène d'amour, dénudée, dans ce premier film.
J'avais 16 ans lors du tournage. Quand Elsa m'a annoncé que je jouerais Luna, elle a été franche et m'a expliqué qu'il fallait que je me coupe les cheveux et que je joue des scènes d'amour. Sur le coup j'ai pas mal hésité : j'avais peur de l'avis des gens. Je l'ai très mal vécu. Ça a été la scène la plus compliquée pour moi et pour Rod aussi. Ce n'est pas parce que c'est un homme que c'est facile. Elsa a été bienveillante dans sa façon de l'écrire et de la filmer, il n'y a pas de voyeurisme.

Où êtes vous prête à aller par amour ?
Je suis quelqu'un de très entier, je ne sais pas faire semblant. Ce qui est paradoxal, c'est que j'ai quand même réussi à jouer un rôle dans un film. Même mes parents ne comprennent pas (rires) ! Quand j'aime, c'est tout ou rien.

Avec qui aimeriez-vous tourner ?
En réalisatrice, avec Emmanuelle Bercot ou Maïwenn... Côté acteurs, avec Vincent Cassel, je l'adore ! Mais aussi François Cluzet, Sara Forestier, Emmanuelle Béart... 

Quel serait votre rêve ?
De faire ça toute ma vie, faire un métier par passion. Ce n'est pas donné à tout le monde. C'est dur, mais c'est ce que j'aimerais.

Voir aussi :