Coup de cœur pour LUNA

Ce n'est pas la Mauvaise Graine, mais le Blé en Herbe et l'Eté Meurtrier que l'on retrouve dans les vergers du distributeur Pyramide. Pas de quartier dans LUNA, mais un premier film solaire, original et réussi.

Plus que le portrait chatoyant d'une sale gosse attachante et énamourée sous le soleil de Montpellier, plus qu'une peinture chamarrée de l'adolescence occitane, de ses errances, de ses excès, un tableau du désarroi d'une jeunesse des banlieues résidentielles qui se dore au soleil et se crame les ailes dans les paradis artificiels, la cinéaste Elsa Diringer met en scène les débordements d'une quête d'amour éperdue, ses pulsions, sa violence… et réalise une chronique sociale brutale, mais précieuse et universelle sur l'effet de groupe, la désindividuation et sa cruauté. Au point que ce drame passionnel oscille par son caractère, son énergie, ses flammes, entre romance et comédie et nous place sous une tension digne des meilleurs thriller. Embrasement pour Laëtitia Clément, lycéenne incendiaire, délicieuse maraîchère et confirmation du talent de Rod Paradot, son insaisissable "héraut", sensible, fragile, troublant. 

LUNA d'Elsa Diringer, en salles le 11 avril. Avec Laëtitia Clément, Rod Paradot (1h33)