Suzanne Clément : "Mon désir est fantastique"

Révélée grâce à "J'ai tué ma mère", mise en lumière par "Lawrence Anyways", glorifiée dans "Mommy", Suzanne Clément est la muse de Xavier Dolan, une immense star au Canada et une actrice internationale au parcours époustouflant. Jurée du Festival de Gérardmer, elle impose son "fucking" style et se confie avec un accent charmant. Confidences.

Suzanne Clément : "Mon désir est fantastique"
© Buchan/Variety/Shutters/SIPA

Votre première émotion sur grand écran ?
Suzanne Clément : J'avais 13 ou 14 ans, je suis allée voir Le Baiser de la Femme Araignée, c'est le premier film qui m'a profondément touchée.

Votre fantasme d'adolescente ?
Corey Hart, un crooner québécois.

Quel est le moteur de votre carrière ?
L'exploration. Au départ, il s'agissait de me comprendre, de progresser dans la connaissance de soi et plus j'avance dans le métier, plus la découverte des autres devient primordiale.

Qu'est-ce qui vous anime devant une caméra ?
Le personnage, la mise en danger, le souci de bien faire…

Qu'est-ce que vous n'avez pas encore "réalisé"?
Un film. La soif de jouer est inextinguible et la comédie, un puits qui m'attire au point de m'empêcher de passer à la mise en scène.

Qui est votre modèle dans le métier ?
Javier Bardem, pour la maîtrise de son énergie.

Quel film souhaiteriez-vous me conseiller ?
Maryline de Guillaume Gallienne, un magnifique portrait de femme marquée par l'autodestruction et la rédemption.

Quel prix pourrait-on vous décerner ?
Celui de la ténacité !

Quel est votre talent caché ?
Mon aptitude à manger des tonnes de crème glacée. Je suis obligée de vider la moitié du pot de Ben & Jerry's aux toilettes avant de commencer sinon je mange le pot en entier.

Pour juger d'une œuvre du 7e Art, vous faites confiance à... ?
Sa capacité à me surprendre. J'aime être étonnée. L'opus peut-être bancal ou parfait : je m'obliger à remettre en cause mon jugement, à discuter.

Qu'avez-vous de fantastique ?
Mon désir !

Quand vous êtes-vous dit "c'est surnaturel" ?
Dans un appartement hanté de Vancouver : j'ai tout essayé : la sauge, le sel, je me suis transformée en apprentie exorciste.

De quoi avez-vous peur ?
De moi-même, mais de moins en moins…

Voir aussi :