La Tortue Rouge, un film d'animation pas comme les autres

Le nouveau film des studios Ghibli, "La Tortue Rouge", nous fait partager le périple d'un naufragé, sur une île déserte où les silences se mêlent aux bruits de la nature. Onirisme et émotions sont au programme de ce bijou d'animation, en salles le 29 juin.

© Wild Bunch Distribution

L'année 2016 est définitivement riche en matière d'animation. Après Tout en Haut du Monde ou Le Garçon et la Bête, la pépite de ce mois de juin est un film étonnant, à plus d'un titre. La Tortue Rouge, réalisé par Michaël Dudok De Wit et co-produit par les studios Ghibli, sort dans les salles françaises le 29 juin. Le long-métrage, plein de poésie, pourrait charmer plus d'un spectateur grâce à son esthétique sensible et naturelle. Il a déjà séduit les jurés du Festival de Cannes, où il a remporté le Prix Spécial Un Certain Regard et était nommé pour la Caméra d'or. La Tortue Rouge a également fait l'ouverture du Festival international du film d'animation d'Annecy, début juin. On vous en dit plus sur ce petit bijou qui a reçu le Coup de foudre du public de la part de l'Observatoire de la Satisfaction / Ecran Total.

© Ecran Total

 

Un film d'animation émouvant

Michaël Dudok De Wit conte avec beaucoup de délicatesse et de sensibilité l'histoire d'un homme qui échoue sur une île déserte. Confronté à la solitude et à l'hostilité, il va devoir survivre avec les ressources de la nature environnante. Jusque là, rien de nouveau : le film est une épopée classique façon Robinson Crusoé. La Tortue Rouge joue sur une apparente simplicité, dans son trait et la palette de couleurs utilisées (vert pour la forêt, bleu pour la mer), mais ne vous y trompez pas. Le réalisateur signe un film poétique, presque métaphysique, sur le cycle de la vie. Il retrace l'initiation d'un jeune homme, la naissance d'un enfant, la vie à trois,  la vieillesse. À côté de ce fil conducteur, le film véhicule un message fort : celui de la transmission. La vie est éphémère et ce que l'on laisse derrière soi, ce sont nos enfants, les valeurs qu'on leur a inculquées et la Terre dont ils ont hérité. La Tortue Rouge est ainsi une fable écolo, qui parle des liens indéfectibles entre l'Homme et la Nature. 

La Tortue Rouge © Wild Bunch Distribution

Un projet atypique

La Tortue Rouge est un long-métrage inédit, le film des premières fois : premier long-métrage pour Michaël Dudok De Wit – lauréat d'un Oscar et d'un César pour les courts-métrages Père et Fille et Le Moine et le Poisson - et première collaboration des studios Ghibli (Le château dans le ciel, Le voyage de Chihiro, Ponyo sur la falaiseavec un réalisateur européen. Epaulé par Isao Takahata, réalisateur du Tombeau des Lucioles et des Contes de la Princesse Kaguya, Michaël Dudok De Wit a créé un univers ultra-sensoriel. Tantôt cruel, tantôt tendre, le projet n'a rien à envier aux univers féeriques de Disney ou Dreamworks, mais prend en même temps le contre-pied des films d'animation auxquels ils nous ont habitué. Pour restituer au mieux ce rendu réaliste, les dessinateurs n'ont pas créé à partir de rien. De vrais comédiens ont d'abord été filmés afin d'identifier les mouvements forts et tout a ensuite été redessiné. Le film oscille également entre longs silences et intermèdes musicaux à couper le souffle, semblables à des respirations indispensables au récit et par lesquelles les émotions transparaissent, pour nous toucher en plein coeur. C'est peut-être ainsi qu'on pourrait le mieux décrire cette Tortue Rouge : une oeuvre dont la carapace renferme quelque chose d'éternel.  

Découvrez la bande-annonce de La Tortue Rouge, en salles le 29 juin 2016 :

Voir aussi :