Hollywood à la ramasse dans la représentation LGBT

La "Glaad", association gay et lesbienne contre la diffamation, a rendu public son rapport annuel sur la représentation des personnages LGBT au cinéma américain. Sur 126 longs-métrages, seuls 8 ont réussi le test.

© Bac Films

Hollywood figure parmi les plus grandes industries cinématographiques au monde. Avec sa belle palette d'acteurs et de réalisateurs, les Etats-Unis ne sont pas en reste. Sauf peut-être quand il s'agit de mettre en avant la communauté des Lesbiennes, Gays, Bi et Trans (LGBT). L'association Glaad, créée en 1985 et luttant contre les discriminations, l'a bien mis en avant. Dans son rapport annuel, elle pointe du doigt la représentation de cette communauté dans les films américains, qui n'ont pas de quoi être fiers. Peu de longs-métrages ont réussi le test de "Vita Russo", évaluant la place des femmes dans le cinéma, créé par Glaad et inspiré du test Bechdel. Sur plus d'une centaine de films, huit respectent les critères imposés en identifiant clairement un personnage LGBT, en lui accordant de l'importance dans le scénario et en ne faisant pas de lui un rôle à moquer. Parmi eux, on retrouve Magic Mike XXL et le rôle d'Amber Heard, Freeheld et la belle histoire d'amour entre Julianne Moore et Ellen Page ainsi que Legend, American Ultra et Unfinished Business. Le dur constat risque, une fois de plus, de faire grincer des dents.

Julianne Moore et Ellen Page dans Freeheld © Bac Films

Voir aussi