Demolition : "Le scénariste est un observateur de la condition humaine"

"Demolition" de Jean-Marc Vallée, est le premier film écrit par Bryan Sipe. Le portrait d'un homme qui réagit à la mort accidentelle de sa femme en démontant méticuleusement sa vie. Davis détruit les objets pour mieux se reconstruire. A New York, le scénariste a décrypté l'histoire et son métier pour nous.

A 37 ans, Bryan Sipe vient de voir son premier scénario porté sur grand écran. Réalisé par Jean-Marc Vallée (Dallas Buyers Club), Demolition est un drame explosif sur l'amour de la vie. Ou comment la perte d'un être cher peut vous amener à reconsidérer toute votre existence. Pour Davis, incarné par le génial Jake Gyllenhaal, cette reconstruction passe par la démolition de son frigo/sa cuisine/sa maison. L'auteur nous a expliqué son raisonnement.

© Capture d'écran JDF

Le Journal des Femmes : Davis est une bombe à retardement. Est-il le reflet d'une société qui nous en demande trop ?
Bryan Sipe : Il a une mauvaise conduite vis à vis des conventions sociales, de ce qui acceptable... C'est parce que ses réactions ne sont pas "normales" qu'on ne peut pas détourner les yeux de lui. Ce n'est pas ok de se faire tirer dessus avec un gilet pare balles, ce n'est pas ok de déclencher l'alarme d'un train, ce n'est pas ok de démonter la porte des toilettes au bureau. Nous avons grandi avec des valeurs, dans le respect des autres, de la propriété… Le fait qu'il dépasse ça est ce qui m'intéressait.

La manière dont Davis intériorise sa peine est une réaction perçue comme masculine. Aurait-il pu être une femme ?
Il y a une différence entre les sexes d'un point de vue émotionnel, mais je pense que ce personnage aurait pu être féminin.
Ça aurait été intéressant. La plupart des hommes, moi y compris, essayons d'être prudents pour ne pas exprimer nos émotions comme les femmes ont l'habitude de le faire. Mais les femmes de ma vie m'ont appris comment m'exprimer et grâce à elles je suis devenu beaucoup plus émotif que je l'étais.

Davis se confie à Karen, inconnue en charge du service après-vente d'un distributeur de friandises. En quoi leur relation est-elle importante ?
Ils s'entraident. Elle lui permet d'entrer en contact avec ses émotions et vice versa. Karen est bloquée dans sa vie, n'est pas honnête envers elle même et elle cherche à l'être. Sauf que c'est difficile : quand on avoue les choses, on blesse parfois les gens, on se fait du mal à soi-même. Cette franchise ouvre les portes d'un monde qui n'est pas confortable. On sait que la vérité va nous libérer et c'est ce qu'il lui arrive. Il doit traverser l'enfer pour s'en sortir.

Pourquoi avoir choisi l'écriture comme moyen d'expiation ?
C'est un développement organique. Il commence à écrire ces lettres et ça lui fait du bien alors il continue. En tant qu'auteur, mon cerveau est connecté à mes mains… J'expérimente des choses par ce procédé.

En tant qu'auteur de cinéma, vous vous considérez comme sociologue ?
Je me vois plutôt comme un observateur de la condition humaine. Dans un groupe d'amis, tout le monde connait ce mec qui sait ce qui passe et qui réunit tout le monde. Je ne suis pas le médiateur et ça m'a pris du temps pour le réaliser. En tant qu'auteur, nous nous mettons en retrait, nous taisons pour observer et écouter. Je dirais que je suis un communicateur, que je prête attention aux gens pour les connaître, écouter ce qu'ils ont à dire. Sauf qu'ensuite je retiens ce qu'ils disent et que je l'utilise (sourire).

Qu'est-ce qui vous a donné envie d'être scénariste ?
J'ai toujours adoré les films. J'étais le genre de gamin à prétendre être malade pour rater l'école et m'enchaîner au moins 3 films. Je regardais beaucoup la télévision. C'était un monde magique pour moi, auquel je rêvais d'appartenir. Quand j'ai réalisé que je ne savais pas faire grand chose d'autre qu'utiliser les mots, j'ai pensé que ces 2 
deux choses pouvaient cohabiter.

Quels sont vos projets ?
Je viens de finir une adaptation de livre, mais j'aimerais écrire une nouvelle histoire originale. Mes radars sont allumés ! Avec Demolition, nous avons fait un film auquel nous tenons. Je veux encore écrire pour des acteurs, des réalisateurs et pour moi. Ecrire quelque chose de socialement pertinent, quelque chose avec un impact.

Regardez notre interview de Bryan Sipe pour Demolition, de Jean-Marc Vallée, avec Jake Gyllenhaal. Au cinéma.

 

Voir aussi :