Greta Gerwig, l'intensité à l'état brut

Après une collaboration fructueuse autour du film en noir et blanc "Frances Ha", Greta Gerwig et Noah Baumbach signent le scénario de "Mistress America", une comédie vive et intelligente aux personnages déjantés qui évoquent les figures névrotiques alleniennes. Rencontre avec l’héroïne de "Mistress America".

© © 20th Century Fox 2015

Greta Gerwig dans Mistress America © 20th Century Fox 2015

Greta Gerwig est à l'affiche de Mistress America qu'elle a co-écrit avec le réalisateur Noah Baumbach. Actrice dans de nombreux films d'auteurs, elle fait partie des comédiennes qui ont une voix, un timbre que l'on reconnaît. Cela tombe bien, puisque c'est au téléphone que le Journal des Femmes a eu l'occasion de l'interviewer le 4 août dernier, jour de son 32e anniversaire. Greta Gerwig c'est aussi un tempérament qu'elle met a profit en interprétant Brooke, une jeune femme intense, entière, improbable. L'actrice et co-scénariste de Mistress America nous raconte comment s'est déroulée cette deuxième collaboration avec Noah Baumbach, son compagnon à la ville.

Le Journal des Femmes : Quelle est la première chose que vous faites le matin ?
Greta Gerwig : Dès que je me lève j'écris mes rêves, j'ai toujours un petit carnet prêt à l'emploi. Pour l'instant je ne m'en suis encore jamais servi dans mon métier, mais retranscrire l'inconscient, essayer de l'attraper est quelque chose de très intéressant.

Comment votre carrière a-t-elle commencé ?
J'ai toujours aimé le théâtre, quand j'étais jeune je voulais écrire des pièces. Une fois à l'Université, j'ai intégré un groupe de réalisateurs qui travaillaient autour du concept d'improvisation (le mumblecore, une mouvance du cinéma indépendant, ndlr). J'ai énormément appris auprès d'eux. Ensuite j'ai pris un agent et j'ai commencé à travailler dans ce milieu. Toute cette histoire fait sens aujourd'hui, mais à l'époque je ne savais pas vraiment où tout cela allait me mener. 

C'est la deuxième fois que vous co-écrivez un scénario avec Noah Baumbach, comment c'est de travailler avec celui qu'on aime ?
C'est ce qu'il y a de mieux ! On aime tous les deux faire du cinéma, donc c'est génial que l'on puisse aussi se retrouver sur un plateau de tournage. On travaille ensemble sans complexe, on est en vraiment sur la même longueur d'onde.

Comment s'est passée l'écriture du scénario de Mistress America ?
On est tous les deux très pointilleux, tout est méticuleusement écrit tant au niveau de la mise en scène que des dialogues, ce qui ne laisse pas beaucoup de place à l'improvisation. Au commencement, on écrit chacun de notre côté puis on s'échange les textes et on en discute. Cela donne lieu à des réécritures et lorsque que l'on arrive à un vrai scénario, on le relit à voix haute et on ajuste en fonction.
Mais une fois sur le tournage, nos fonctions sont très distinctes. Noah s'occupe de la réalisation et moi en tant qu'actrice j'essaie d'oublier un peu tout ce qui s'est dit concernant mon personnage.

Êtes-vous féministe ?
Je suis une féministe et j'aime voir des histoires de femmes au cinéma. C'est pour cela que j'en écris.

Que pensez-vous des rôles féminins à Hollywood ?
Il y a tous les ans de grands rôles féminins portés par de grandes actrices. Certes, il s'agit d'une minorité en comparaison avec nos homologues masculins et cela est certainement dû au fait que le cinéma est majoritairement représenté par des hommes. C'est d'ailleurs pour cela que beaucoup de rôles féminins servent soit à raconter des histoires d'hommes, soit de personnages secondaires, ou sont cantonnés aux comédies romantiques. Mais je ne pense pas qu'il s'agisse d'une fin en soi, il faut chercher à créer les opportunités et s'entourer des bonnes personnes. 

Quel est votre rapport à l'image ?
Je n'y pense pas… c'est assez bizarre, mais je pense davantage au personnage qui m'habite et pas à la manière dont j'apparais à l'écran.

Lola Kirke, qui interprète Tracy, est la révélation du film. Il y a une véritable alchimie entre vous deux.
C'est une actrice fabuleuse et un être humain formidable. Je ne la connaissais pas avant qu'elle passe le casting. On a passé plusieurs essais ensemble jusqu'à ce qu'on soit sûrs que c'était la bonne personne pour camper le rôle de Tracy qui n'est pas une mince affaire. Il fallait une dynamique spéciale entre nos deux personnages et je pense qu'on ne s'est pas trompés !


Affiche Mistress America © Twentieth Century Fox France

Voir aussi :