Le Prophète : qui est Khalil Gibran, poète et auteur du livre dont est tiré le film ?

La philosophie s'invite sur grand écran à l'approche des fêtes de fin d'année. Au cinéma le 2 décembre, "Le Prophète" devrait séduire petits et grands. Ce superbe film d'animation, centré sur les enseignements d'un prophète aux habitants d'une ville imaginaire, est adapté du recueil du même nom publié au début du XXe siècle par le poète libanais Khalil Gibran. Focus sur cet artiste, à l'origine d'une oeuvre majeure.

© Pathé Distribution

En ces temps troublés, se tourner vers le cinéma peut être un début de solution pour tenter de trouver sinon quelques réponses, au moins une échappatoire. Le Prophète, en salles le 2 décembre, est une piste pour éveiller petits et grands à la réflexion et à la spiritualité. Produit par Salma Hayek, ce superbe film d'animation, à la fois profond et émouvant, est l'adaptation du recueil du même nom publié en 1923 par le poète libanais Khalil Gibran (1883-1931). L'influence de cet ouvrage, qui serait aujourd'hui le livre le plus lu au monde après la Bible, est considérable. 
Khalil Gibran est né en 1883, à Bécharré au nord du Liban, dans une famille chrétienne maronite. Après l'emprisonnement de son père, accusé de détournement de fonds, il émigre en 1895 avec sa mère, ses deux soeurs et son frère aîné à Boston, aux Etats-Unis, dans l'espoir d'une vie meilleure. Il apprend l'anglais et intégre en parallèle une école d'art. Trois ans plus tard, à l'âge de 15 ans, il retourne seul au Liban pour étudier à l'école de la sagesse, à Beyrouth. Son éducation achevée, en 1901, il fait le tour de la Méditerranée, visite la Grèce, l'Italie et l'Espagne avant de s'installer à Paris pour étudier la peinture. Il publie son premier ouvrage, Esprits Rebelles, à 25 ans. Dans ce recueil de quatre nouvelles, Gibran dénonce le sort réservé aux femmes dans la société libanaise, critique l'Eglise et les coutumes de son pays natal. Cet aspect vindicatif vaudra au livre d'être interdit de diffusion en Syrie et en Egypte et brûlé en place publique à Beyrouth en raison de son caractère jugé hérétique. 

Le Prophète, oeuvre majeure et intemporelle

En 1903, Khalil Gibran retourne à Boston, au chevet de sa mère, mourante. Il perd coup sur coup son frère et ses soeurs, terrassés par la tuberculose. A cette époque, il rencontre Mary Haskell, directrice d'une prestigieuse école pour jeunes filles, avec qui il entretient une grande amitié. Grâce à son soutien financier, il exerce ses talents de peintre et parvient à être exposé pour la première fois. De retour à Paris, en 1908, il travaille à l'école des Beaux-Arts. Là, il fréquente de nombreux artistes de renom tels que Rodin, Debussy ou Edmond Rostand, auteur de Cyrano de Bergerac. Deux ans plus tard, il s'installe définitivement à New York et se consacre à la peinture et à la poésie, qu'il écrit à la fois en anglais et en arabe. Khalil Gibran publie Le Prophète en 1923. Le livre est un recueil de 26 paraboles et textes poétiques délivrés par Almustafa, un prophète en exil, au peuple de la ville fictive d'Orphalese. L'auteur y livre une réflexion profonde et lyrique sur des thèmes universels comme la famille, la loi, la liberté ou la mort. Le succès de l'ouvrage est immédiat et celui-ci devient particulièrement populaire dans les années 1960. Traduit dans plus de vingt langues, il est son livre le plus connu et est régulièrement cité lors de mariages. Khalil Gibran meurt à New York, en 1931, d'un cancer du foie, à seulement 48 ans. Sa dépouille repose au Liban, dans sa ville natale, à Bécharré, dans la crypte du monastère de Mar Sarkis.     

Découvrez la bande-annonce du Prophète

 

L'affiche du "Prophète", au cinéma le 2 décembre © Pathé Distribution


Voir aussi :