Oriana Fallaci, portrait d’une journaliste libre et passionnée

Peu connue du grand public, Oriana Fallaci a marqué l'histoire du journalisme. Le réalisateur italien Marco Turco rend hommage à sa compatriote dans ce biopic où il dresse le portrait d'une femme forte et inspirée.

Oriana Fallaci, portrait d’une journaliste libre et passionnée
© Happiness Distribution

Captivant destin que celui d’Oriana Fallaci. Après avoir fait ses premières armes dans la presse people en Italie, la chroniqueuse mondaine se fera journaliste de guerre en couvrant de nombreux conflits, au Vietnam et en Amérique du Sud notamment. Qu’elle tende son micro aux puissants de ce monde - de Cary Grant à Gandhi - ou qu’elle soit sur un champ de bataille, Oriana Fallaci, disparue en 2006, faisait son travail avec la même détermination et la même pugnacité. C’est son histoire que retrace le biopic éponyme.
L'actrice Vittoria Puccini prête ses traits au personnage et convainc par son total engagement. Oriana Fallaci apparaît comme une fenêtre d’entrée idéale pour quiconque souhaite se familiariser avec le parcours de la reporter, même s’il en dresse un portait très flatteur au risque d'omettre les aspérités du personnage. Son islamophobie, en particulier après les attentats du 11 septembre, est ainsi passée sous silence. Un choix sans doute destiné à rendre hommage à cette grande figure du journalisme, femme passionnée et, surtout, incroyablement libre.

Oriana Fallaci, de Marco Turco avec Vittoria Puccini, Vinicio Marchioni, Francesca Agostini et Stéphane Freiss. Au cinéma le 5 août. 

© Happiness Distribution