Birdman, envolée cinématographique

La dernière réalisation du Mexicain Alejandro Gonzales Inarritu est un film très chouette sur un drôle d'oiseau. Primé aux Oscars, "Birdman", comédie dramatique jouissive, nous a donné des ailes.

Birdman, envolée cinématographique
© Twentieth Century Fox France
Il est le grand vainqueur des Oscars. Birdman, avec 4 statuettes dorées dont celles de meilleur film, meilleur réalisateur et meilleur scénario original, peut facilement être qualifié d'OVNI : objet volant non identifié.
Cette pépite complètement loufoque, bourrée d'humour, signée Alejandro Gonzalez Inarritu, suit les péripéties scéniques et égocentriques de Riggan Thomson (Michael Keaton). Comédien sur le retour, ce névrosé a connu son heure de gloire à Hollywood avec son personnage de Birdman, super-héros qui n'est pas sans rappeler Batman (joué par Keaton himself en 1989). Riggan, tombé aux oubliettes depuis qu'il a raccroché les plumes, tente désespérement de se racheter une crédibilité dans le milieu en lançant sa pièce à Broadway. La caméra le suit quelques jours avant la première, entre quête de reconnaissance, tribulations de son esprit et prises de bec avec ses proches.
Face à un Michael Keaton totalement fou, une pléiade d'acteurs tout aussi barrés : Edward Norton, délirant en théâtreux transcendé, Emma Stone, géniale en fille droguée, Zack Galifianakis, top en assistant dépassé ou encore Naomi Watts, formidable en comédienne paumée.
La réalisation, sans répit, est une véritable prouesse. Le cinéaste à qui l'on doit 21 Grammes a fait le choix visuel d'un long plan-séquence de 2 heures. En d'autres termes, c'est comme si le film avait été tourné en une seule prise, sans aucune coupure ni montage. Le spectateur, haletant, est pris dans un tourbillon de cynisme et d'humour noir. On en ressort lessivé, mais ravi, certain d'avoir mis la main sur un oiseau rare du cinéma.
 

Regardez la bande-annonce de Birdman, au cinéma le 25 février :