Inès Taittinger, pilote automobile : "Être une fille est un avantage"

Inès Taittinger était la seule Française à tenter sa chance aux 24h du Mans. Eliminée de la compétition, la pilote automobile n'en reste pas moins une battante qui aime parler de sa passion. Interview avec une jeune femme qui en a sous la pédale.

©  Pierre David

Dans le sport automobile depuis 6 ans, Inès Taittinger était l'une des deux seules femmes, avec Christina Nielsen, à courir les 24h du Mans cette année. Malheureusement écartée de la compétition après plusieurs sorties de route, la jeune femme de 26 ans engagée avec l'association Mécénat chirurgie cardiaque (elle a été opérée du cœur dès son enfance) n'en reste pas moins une talentueuse pilote automobile. Et ce qu'elle aime surtout, c'est la course. "Je ne conduis pas trop en ville. C'est le sport auto, l'adrénaline qui me passionnent", nous a précisé en interview celle dont le nom rappelle plus souvent le champagne familial que les crissements de pneus sur le bitume. Plus pour longtemps ?

© Pierre David

Le Journal des Femmes : D'où vous vient cette passion pour la route ?
Inès Taittinger : J'ai toujours baigné dans le milieu. Mon père a participé en 1976 au volant Elf. Il était tellement passionné qu'il en parlait tout le temps. J'ai commencé à 19 ans, mais j'ai toujours aimé les sports extrêmes. Je ne pensais pas en faire à un niveau professionnel. Je me suis investie et je suis vraiment heureuse d'être passée pro en 2013.

Que ressentez-vous quand vous êtes au volant ?
Je suis très concentrée, mais je dirais que c'est une sorte d'euphorie maîtrisée. Je me sens bien, investie. C'est un sport qui demande beaucoup de travail, mais dans lequel on voit aussi les évolutions. C'est ce qui me motive.

Quelles qualités sont nécessaires pour devenir pilote ?
Il faut de la volonté, parce qu'on fait 2 à 3 heures de sport par jour et être passionné, car cela nécessite du mental et beaucoup de temps. Comme tous les sports de haut niveau.

Être une fille dans un milieu d'hommes : avantage ou inconvénient ?
Avantage ! La course des 24h du Mans est la plus médiatisée au monde, on parle forcément des filles parce qu'il y en a peu : ça attire les sponsors. Certes une erreur sera aussi plus vue chez une femme, mais je ne me mets pas de pression pour autant. Si le milieu peut paraître macho au premier abord, il faut faire ses preuves, avoir un niveau correct pour se faire respecter. Je n'ai jamais observé de regard négatif sur moi.

Quel effet ça fait quand vous dites aux gens "je suis pilote" ?
C'est la classe, même si ça finit par trois quart d'heure d'interrogatoire avec les mêmes questions qui reviennent en boucle, comme "à quelle vitesse tu peux aller ?". Mais je n'aurais pas aimé faire un métier plus banal.

Quelle est la voiture de vos rêves ?
Une Aston Martin DB5.

Jusqu'où rêveriez-vous de conduire sans vous arrêter ?
Sur la route 66 aux Etats-Unis, mais je m'arrêterais quand même dans un ranch.

Dans la vie, qu'est-ce qui vous freine ?
Mon nom, qui fait penser à certaines personnes que je n'ai pas ma place dans le milieu. Heureusement je ne rencontre pas souvent de personnes mal intentionnées, c'est arrivé une fois !

Voir aussi :