J'ai testé le Ford EcoSport

On attend le mois d'avril prochain avec impatience, moins pour les traditionnelles farces de début de mois, que pour célébrer l'arrivée du nouveau mini-SUV sur le marché français : le Ford Ecosport que nous avons testé en Espagne.

Essai Ford Ecosport, mini-SUV
ecosport vignette 2
Sa robe me plaît bien : j'ai opté pour une carrosserie Rouge Arizona. © JDf

C'est à Barcelone que j'ai pris les commandes en avant-première du Ford EcoSport, un mini-SUV qui a fait fureur auprès des Brésiliennes. De la terrasse de l'hôtel Miramar qu'un immense parc prolonge, j'aperçois le port de Barcelone. Ce sera ma première destination au volant de cette auto haute sur pattes, bien plus magnétisante encore quand elle roule. Sa robe me plaît bien : j'ai opté pour une carrosserie Rouge Arizona. Bien qu'impatiente de tenir le volant, je la regarde d'abord droit dans les phares, lesquels sont soulignés d'un joli trait lumineux. Le Eye Liner système LED est passé par là. La calandre ne donne pas l'impression de s'en laisser conter. Tant mieux, elle marque 
ainsi sa personnalité et suscite le respect. Car les dimensions du Ford EcoSport ne sont pas si impressionnantes que cela. Elle doit se faufiler aisément dans la circulation. Je verrai cela plus tard. Pour l'instant, direction arrière toute, pour voir si cette auto a du coffre. Et là, un bonus supplémentaire pour ce choix esthétique et pratique qui optimise le volume du coffre : la roue de secours est montée sur la porte. C'est un pari osé, mais 
c'est un pari gagnant, un côté explorateur qui invite à l'évasion. 
 

 

 

ecosport vignette 1
Équipé d'une direction à assistance électrique qui facilite avec précision tous les changements de direction, le Ford EcoSports'immisce partout avec une agilité déconcertante.  © JDF

Au volant du Ford EcoSport, on domine la circulationD'ailleurs, on y va. Un petit coup de pouce sur la télécommande pour déverrouiller les portes et je peux d'ores et déjà la glisser dans ma poche. Je lance le moteur en appuyant sur le bouton Power situé sur le tableau de bord. Je règle le volant en profondeur et l'incline juste comme il faut pour me sentir à l'aise. La ceinture, et c'est 
parti. La position de conduite surélevée par rapport aux petites citadines me confère un léger avantage pour dominer la circulation. Premières impressions : les passages de vitesses sont souples et le toucher du levier, garni de cuir, rend l'opération encore plus soyeuse. Équipé d'une direction à assistance électrique qui facilite avec précision tous les changements de direction, le Ford EcoSport s'immisce partout avec une agilité déconcertante. Petite halte au port, où tous les curieux au lieu de "regarder les bateaux et de sucer des glaces à l'eau" lèchent littéralement mes vitres et se tordent le cou pour voir l'intérieur. Je les aurais bien invités à venir goûter au confort de l'habitacle, à jouer avec la commande vocale qui permet de sélectionner la musique, à piloter à la voix des applications de mon smartphone grâce au système Ford SYNC Applink en gardant les mains sur le volant les doigts près du régulateur de vitesse...mais le 3 cylindres Ecoboost de 125 ch vif et rigoureux m'embarque vers d'autres décors Barcelonais à bon train.  

 

ecosport vignette 3
Inconnu en France, le Ford EcoSport existe depuis 2003 en Amérique Latine et a fait notamment le bonheur des Brésiliens. © JDF

Finition unique et prix unique de 20 990 €Le Ford EcoSport n'existe en France qu'en finition suréquipée. L'unique "finition Titanium" propose notamment l'allumage automatique des feux et des essuie-glaces avant, l'aide au stationnement arrière, le contrôle de pression des pneus, des barres de toit façon aluminium, des feux de jour avec signature à diodes ou encore des jantes alliage 16 pouces.  Quatre options au compteur : la sellerie cuir (1.050 euros), les jantes alliage 17 pouces (200 euros), la peinture métallisée (Bleu Kinetic, Gris Lunaire, Noir Scala, Rouge Arizona à 500 euros) et la peinture spéciale Gris Basalte à 600 euros. Le tout au tarif unique de 20.990 euros, quel que soit le moteur : 3-cylindres essence EcoBoost de 125 chevaux, 4-cylindres essence 1.5 Duratec de 110 chevaux à boîte automatique PowerShift ou bien 4-cylindres Diesel 1.5 TDCi de 90 chevaux. 


J'ai aimé : sa position de conduite haute, sa boîte à gants réfrigérée et sa vivacité.
Je n'ai pas aimé : l'absence de GPS intégré.

Ma version à l'essai : 1.0 EcoBoost de 125 ch 

Date de commercialisation : 01 avril 2014
Conso : 5,3 l/100 km.

 
Grille de critères féminins
Critères Moyen Pas mal Parfait
Source : JDF
Look "It car"   X  
Je ne me perds pas X    
Je ne raye pas ma voiture     X
Je me maquille     X
Je mets la poussette     X
Je double en toute sécurité     X
Je n'ai pas mal au dos     X
J'emmène les enfants     X