Que faire contre les brûlures d'estomac ?

Les douleurs gastriques sont désagréables mais souvent bénignes. Quand faut-il consulter ? Quels sont les traitements efficaces ? Réponse avec le docteur Monique Quillard, médecin généraliste spécialisée en homéopathie et auteure de "L'homéopathie, ma petite pharmacie familiale".

Mais d'où vient donc cette douleur désagréable qui surgit sans prévenir au creux de l'estomac après le repas ? "Cette sensation peut être liée à plusieurs pathologies, explique le Dr Quillard. Cela peut être une inflammation de l'estomac, un ulcère mais dans la plupart des cas, elle est due à un reflux œsophagien." En effet, le fameux reflux gastro-œsophagien n'est pas l'apanage des nourrissons ou des femmes enceintes. On peut en souffrir de façon plus ou moins régulière à tous les âges. La Société nationale française de gastro-entérologie (SNFGE) estime d'ailleurs que 10 % de la population souffre régulièrement de ce syndrome. Mais d'où vient donc ce reflux ? "L'estomac sécrète des sucs gastriques qui sont par nature acides. En théorie, ce liquide n'est pas censé remonter dans l'œsophage. Quand cela arrive, sa paroi n'est pas équipée pour cela, d'où cette sensation de brûlure ou d'acidité qui monte parfois jusqu'à la bouche."

Les origines du problème

Quand on parle de brûlures d'estomac, on aurait tendance à croire que les aliments acides (agrumes et autres tomates) et épicés en sont la cause. "À moins d'en consommer en grande quantité, ces aliments ne sont pas responsables, puisque l'estomac est déjà acide. En revanche, il faut faire très attention aux graisses, aux sucres et aux additifs alimentaires que l'on trouve dans les aliments industriels. Notre organisme n'est pas fait pour les digérer et ils obligent l'estomac à hyper-sécréter." Mieux vaut aussi être prudent quant à sa consommation d'alcool, de café et de boissons gazeuses, ces dernières dilatant et augmentant la pression de l'estomac. Il est aussi possible que les brûlures soient déclenchées par le stress, qui touche 68 % des femmes (Sondage réalisé par OpinionWay pour la Fondation Ramsay Générale de Santé, 2017).

Une nouvelle hygiène alimentaire

Pour empêcher ces inflammations, il est important de modifier certains comportements comme ne pas fumer, éviter de s'allonger ou de faire une séance de sport juste après le repas. Mais la méthode la plus efficace repose sur une meilleure façon de manger. "La digestion ne commence pas dans l'estomac, mais dans la bouche. Les enzymes qui aident à digérer sont essentiellement dans la salive, il faut donc mastiquer longtemps. De ce fait, les aliments en contact avec les enzymes digestives déclenchent déjà une digestion. Si on avale tout rond, l'estomac doit faire le double de travail." Le Dr Quillard insiste également sur une alimentation riche en fibres, fournie par les fruits et légumes. Quant aux laitages, "s'ils ont la réputation de soulager les douleurs, il ne faut pas en manger en trop grosse quantité". L'eau est aussi la meilleure alliée d'un régime alimentaire sain. "Il faut boire davantage d'eau entre les repas, mais attention à ne pas en abuser pendant le repas, elle augmente le volume de l'estomac."

Traiter les douleurs occasionnelles

Si le malaise survient de temps à autre, vous pouvez demander l'avis de votre pharmacien. Son premier réflexe sera sans doute de proposer des antiacides ou des pansements gastriques, mais il ne faut pas abuser de ces médicaments. "Ils sont efficaces, mais si les douleurs reviennent, ils peuvent masquer une pathologie plus sérieuse." Le Dr Quillard préfère faire appel à l'homéopathie qui peut soulager les crises aigues et qui présente de nombreux avantages. Cette thérapeutique n'a pas de toxicité chimique, elle est donc sans danger pour les patients, même les tout-petits et les femmes enceintes. Il n'y a pas de risque d'accoutumance ni d'interaction médicamenteuse, donc elle est idéale pour des patients qui suivent déjà des traitements pour des pathologies chroniques, l'hypertension artérielle, par exemple. "Comme d'habitude en homéopathie, le traitement dépend des symptômes de chaque patient. Le médicament homéopathique sera diffèrent si le reflux survient quand la personne est allongée ou si elle un goût acide dans la bouche lors du reflux, mais la posologie reste la même : cinq granules avant chaque repas et une prise toutes les 30 minutes pendant une crise."

Douleurs fréquentes

Si les douleurs persistent au-delà de trois semaines, il est temps de consulter un médecin qui pourra recommander des examens plus poussés. "Il peut demander une endoscopie pour examiner l'état de l'estomac et de l'œsophage et détecter un ulcère, par exemple, qui nécessitera un traitement antibiotique puisqu'il est causé par une bactérie". Si ces examens ne révèlent pas de pathologies sous-jacentes sévères, on peut envisager un traitement de fond en consultant un médecin homéopathe. "Après un interrogatoire détaillé, le médecin prescrit le médicament qui correspond au terrain du patient. Si, par exemple, c'est une personne plutôt maigre, stressée avec des antécédents de calculs ou du cholestérol ou si c'est une bonne vivante qui aime les repas arrosés, il prescrira un médicament homéopathique spécifique adapté mais avec la même posologie : cinq granules par jour pendant un mois, puis une dose globule par semaine, le tout associé au médicament des symptômes évoqués plus haut. Après trois mois de traitement, je revois le patient et on réévalue." Un traitement facile à suivre puisqu'il suffit de glisser son tube dans un sac ou une poche.

                                                                                                 

Aujourd'hui, l'homéopathie est toujours remboursée. Ensemble, continuons à faire ce choix. Informations et actualités sur MonHomeoMonChoix.fr 

PUBLI-REDACTIONNEL EN PARTENARIAT AVEC LES LABORATOIRES BOIRON

Partager cet article

RSS