Comment soigner les allergies du printemps ?

Une allergie n'a rien de banal : l'OMS l'a placée au quatrième rang des maladies chroniques dans le monde. Quelles sont les méthodes efficaces pour la soigner, alors qu'elle devrait toucher la moitié de la population mondiale en 2050 ? Entretien avec l'homéopathe Monique Quillard, auteure de L'homéopathie, ma petite pharmacie familiale.

Pourquoi le printemps rime-t-il avec allergies ? 

C'est la saison où les arbres et les fleurs libèrent leur pollen, qui se retrouve alors en suspension dans l'air. Dès fin février, ces grains microscopiques provoquent chez certaines personnes des réactions allergiques. Ces allergies déclenchent de l'asthme ou le rhume des foins qui se manifeste par un écoulement nasal, des éternuements et évolue parfois en sinusite. On voit aussi des cas de conjonctivites avec différents symptômes : larmoiements, sécheresse oculaire ou œdèmes des paupières.

Existe-t-il des traitements préventifs ?

Avant de prévenir, il faut trouver l'allergène. Via des tests cutanés, un  médecin allergologue pourra déterminer l'agent déclencheur et entamer une désensibilisation. En revanche, si l'on détecte plusieurs allergènes, on ne peut pas faire plusieurs désensibilisations simultanément.

Quelles sont les autres alternatives à la désensibilisation ?

L'homéopathie est une option efficace. Elle va permettre au professionnel de santé de diminuer la réaction allergique pour que les crises s'espacent dans le temps jusqu'à disparaître et que les crises soient moins intenses.

L'homéopathie va davantage s'intéresser au terrain allergique qu'à l'agent agresseur. De plus, les traitements homéopathiques sont adaptés à tous : il n'y a pas d'interaction médicamenteuse, ni d'accoutumance ou d'effet secondaire connus. Le médecin homéopathe va se focaliser sur le patient, ses pathologies présentes et passées et les traitements éventuels. Puis, il va se pencher sur sa symptomatologie en individualisant le traitement après avoir posé des questions très précises : "Qu'est-ce qui déclenche la crise et combien de temps dure-t-elle ?" "A quel moment de la journée ?" "Que ressent la personne ?", "Qu'est-ce qui améliore ou aggrave les symptômes"...

A quel moment débuter un traitement préventif homéopathique ?

Il faut commencer environ un mois avant le début de la période critique jusqu'à la fin de la dite période. Le médecin va tout d'abord prescrire un traitement homéopathique individualisé en fonction des allergènes et des symptômes manifestés. Puis, y associer le médicament du terrain, c'est-à-dire celui qui correspond à l'histoire médicale du patient (antécédents personnels et familiaux) et à son terrain. Ces médicaments se présentent sous forme  de doses globules, à prendre généralement une fois par semaine. En fonction des individus, les symptômes allergiques vont diminuer en intensité ou bien disparaître durablement.  

En période de crise, l'homéopathie est utile également. Il est recommandé de prendre aussi cinq granules du ou des médicaments correspondants aux symptômes particuliers du patient (nez qui coule clair et yeux irrités, éternuements en salve et palais qui démange, etc.), toutes les heures et de diminuer progressivement les prises en fonction de l'amélioration.

Quelles sont les manifestations symptomatiques des allergies et quel est le meilleur traitement ?

L'allergie peut se manifester sous différentes formes : comme  la conjonctivite où les yeux larmoient en permanence, l'œdème des paupières, le rhume des foins avec éternuements à répétition, le nez qui coule en continu avec une amélioration quand on va dehors, les picotements au niveau du palais, et enfin la rhinite brûlante accompagnée d'une sinusite et d'yeux irrités.

A chaque symptôme il existe une solution homéopathique adaptée au terrain du patient. Ce traitement homéopathique n'est pas exclusif : il pourra être donné seul ou en complément des traitements conventionnels lorsque cela est indispensable. Pour trouver le meilleur traitement individualisé, n'hésitez pas à consulter votre médecin.

Quels sont les gestes barrières pour se protéger des allergies ?

Aérer sa maison tôt le matin ou quand il pleut et privilégier une alimentation saine et bio.
Si vous tondez la pelouse, mettez un masque et couvrez-vous les cheveux pour éviter que le pollen ne s'y accroche. Quand vous rentrez, prenez une douche et changez de vêtements.
Ne protégez pas trop les tout-petits, ils ont aussi besoin de construire leurs défenses.

EN PARTENARIAT AVEC LES LABORATOIRES BOIRON

Partager cet article

RSS