Comment soulager des migraines chroniques ?

Si la migraine apparaît (à tort) comme une maladie banale, elle n'en est pas moins douloureuse et handicapante. En France, une femme sur six souffrirait de migraine et elle représente la première cause d'absentéisme au travail selon l'Alliance européenne contre la migraine. Alors que faire pour supporter ce fléau et diminuer les crises ?

Une pathologie qui empoisonne la vie

La migraine n'est pas un " simple " mal de tête. Elle se reconnaît plutôt par un ensemble de symptômes définis ainsi dans l'ouvrage " Mon guide familial de l'homéopathie " écrit par le Dr Raynaud. Des crises qui s'installent de manière progressive et durent entre quatre heures et trois jours. Une douleur " pulsatile " (sensation de " cœur qui bat dans la tête ") touchant un seul côté du crâne et qui s'intensifie lorsque l'on fait des efforts. Elle peut aussi causer des nausées, des vomissements ou une gêne à la lumière et au bruit. Cette pathologie, souvent très invalidante, empêche la personne de mener une vie sociale normale et réclame donc un avis médical. C'est l'occasion pour le médecin de demander un bilan (radio des sinus, scanner cérébral, IRM) pour déterminer la cause de la douleur et écarter des pathologies plus graves.

Une multiplicité de causes

La migraine est une maladie aux mécanismes complexes. Pour certaines femmes, elle aurait un caractère héréditaire selon des travaux scientifiques publiés par la revue Nature Genetics en 2012. Dans son livre, le Dr Raynaud distingue plusieurs types de migraines, dont l'origine va varier : parfois liées à des troubles digestifs, des troubles de la circulation sanguine et des troubles hormonaux. Dans ce dernier cas, l'arrivée d'une migraine est associée à une variation hormonale (puberté, règles, grossesse, ménopause) expliquant ainsi pourquoi les femmes sont trois à quatre fois plus touchées que les hommes. Mais les migraines peuvent être également causées par des facteurs psychologiques (fatigue, stress, anxiété), une mauvaise hygiène alimentaire (nourriture trop grasse, alcool), l'environnement (manque de sommeil, surmenage) et des simulations sensorielles désagréables (lumière intense, bruit important).

Gérer la crise rapidement

Dès que la migraine pointe le bout de son nez, il faut agir vite. La première chose à faire est de s'isoler et de s'allonger dans une pièce sombre et calme. S'il le faut, munissez-vous de bouchons d'oreilles et d'un masque de nuit. Vous pouvez aussi effectuer un petit massage circulaire au niveau des tempes, du visage, du cuir chevelu en fonction de la localisation de la douleur. Et pourquoi ne pas appliquer une lingette chaude ou froide (selon vos préférences) sur le front ou la nuque ou boire du café, connu pour son pouvoir anti-migraineux.

Opter pour un traitement ciblé, efficace et sans accoutumance

Le premier réflexe est souvent de prendre un antalgique. S'il est très utile car il calme la douleur, il n'en soigne pas la cause. En effet, selon les origines de la migraine, les symptômes sont très spécifiques. Si toutes les femmes atteintes souffrent d'une douleur à la tête, celle-ci peut être localisée à différents endroits (au niveau du front, derrière la tête..). Une femme peut transpirer, avoir le visage rouge et les oreilles brûlantes tandis qu'une autre ressentira des douleurs au réveil et ne supportera pas les écharpes ou les cols serrés. Les traitements homéopathiques sont une solution intéressante et adaptée pour soulager les symptômes de cette pathologie chronique. Généralement, en cas de crises, l'utilisation des médicaments homéopathiques peut s'associer aux traitements antalgiques. Ils sont recommandés dès le début de la crise et sont à renouveler quatre fois par jour, jusqu'à amélioration des symptômes. Il est aussi conseillé de consulter un médecin homéopathe pour établir un traitement de fond, l'objectif étant de diminuer la fréquence et l'intensité des crises.  

EN PARTENARIAT AVEC LES LABORATOIRES BOIRON

Partager cet article

RSS