Comment gérer le passage à l'heure d'hiver ?

Cette année (et peut-être pour la dernière fois !), le passage à l'heure d'hiver aura lieu dans la nuit du samedi 27 octobre au dimanche 28 octobre. Un changement qui n'est pas sans conséquence sur notre corps, notre rythme de vie et notre moral. Voici quelques recommandations aisées pour aborder cette période sereinement.

Une horloge biologique malmenée

Comme chaque année depuis 1976, nos montres vont bientôt reculer d'une heure. Et si pour certains cela signifie que l'on va dormir une heure de plus, d'autres se désolent à l'idée de voir le soleil se coucher après le goûter des enfants. Au-delà des journées qui raccourcissent, le passage à l'heure d'hiver implique aussi des difficultés d'endormissement, des perturbations hormonales, des troubles de l'appétit et de l'humeur. Bref, un programme peu réjouissant mais pas impossible à surmonter.  

Tout est dans la préparation

Pour bien accueillir l'heure d'hiver, il faut s'y prendre un peu comme un sportif avant une épreuve : on se prépare graduellement pour éviter un mauvaise surprise le jour J. L'astuce la plus simple consiste à décaler les heures de lever et de coucher de 15 minutes et ce, trois jours avant la date fatidique. Et comme il fait désormais plus froid, mieux vaut tirer un trait sur les apéritifs tardifs et copieux de l'été pour dîner tôt et manger léger. Si vous avez du mal à vous ajuster à ce nouveau rythme, vous pouvez notamment prendre du magnésium et/ou de l'homéopathie pour gérer les troubles du sommeil. N'hésitez pas à demander conseil à votre médecin ou votre pharmacien pour déterminer votre traitement sur mesure !

Les enfants d'abord

Là encore, le mode d'ordre est d'anticiper en douceur. À partir de l'âge de six mois, l'emploi du temps d'un enfant est très séquencé. Une heure de décalage représente donc un bouleversement conséquent de ce rythme. Quatre jours avant le changement, il est recommandé de décaler progressivement l'heure du biberon (ou du repas pour les plus grands) de 15 minutes ainsi que les heures de lever et de coucher. Le matin, éclairez suffisamment votre maison pour reproduire le lever du soleil. Et pour faciliter l'endormissement, un bain pour le détendre ou des granules homéopathiques peuvent vous prêter main forte. Demandez conseil à un professionnel de santé (médecin ou pédiatre) qui saura trouver le bon traitement homéopathique pour aider votre enfant à s'endormir sereinement.

Le Jour J, on s'active

Le jour J, mieux vaut vous dépenser et vous fatiguer durant la journée ; avec un peu de chance le soleil sera au rendez-vous. Pour éviter toute excitation, préférez une soirée au calme. Avant de vous brosser les dents, vous pouvez aussi changer l'heure sur votre montre et votre réveil pour vous préparer psychologiquement.

Vitamines et petites siestes

La perspective des prochains mois d'hiver avec sa météo maussade et ses journées courtes peut déclencher ladite dépression saisonnière. Pour contrecarrer cette humeur morose, profitez du soleil dès lors qu'il fait son apparition ou testez par exemple la luminothérapie. Votre médecin peut aussi vous prescrire de la vitamine D, surnommée la vitamine soleil. Le matin, la vitamine C peut également booster votre système immunitaire. Autre option, votre pharmacien et/ou votre médecin peuvent vous suggérer un traitement préventif homéopathique contre les maladies infectieuses de l'hiver et contre le blues de l'automne. Et attention, ce n'est pas parce que l'hiver s'installe qu'il faut négliger de vous hydrater.

EN PARTENARIAT AVEC LES LABORATOIRES BOIRON

Partager cet article

RSS