Comment faire un potager sur son balcon ?

Le temps où potager, terrasse et balcon n'étaient pas compatibles est révolu. Aujourd'hui, même les citadins peuvent faire pousser leurs propres légumes. Notamment grâce à la culture hors-sol. Petit guide pour devenir un pro de cette pratique et réussir ses plantations urbaines.

Comment faire un potager sur son balcon ?
© Olga Miltsova/123RF

Le temps où potager, terrasse et balcon n'étaient pas compatibles est révolu. Aujourd'hui, même les citadins peuvent faire pousser leurs propres légumes. Habiter en ville provoque bien souvent des envies de verdure. Heureusement, grâce notamment à la culture hors-sol, plus rien n'est impossible pour les jardiniers urbains. Mais qu'est-ce que la culture hors-sol exactement ? Elle réunit les différents procédés grâce auxquels les végétaux se développent en dehors de la pleine terre. Pour cela, les espèces sont cultivées avec ou sans substrat, c'est-à-dire avec ou sans base organique (terreau, fibres végétales, sable, etc).

Miser sur la technique de la culture hors-sol

La culture hors-sol est accessible même aux débutants. Selon la méthode employée, le degré de connaissance nécessaire est variable. Il est donc possible d'évoluer pas à pas tout en obtenant des résultats satisfaisants dès les premiers essais. En ville on ne peut pas compter sur la richesse d'un écosystème naturel complexe. Le jardinier urbain doit apporter aux plantes tout ce dont elles ont besoin pour s'épanouir. La culture hors-sol ne laisse donc que peu de place au hasard. De la germination à la récolte, le jardinier maîtrise à chaque instant le développement de la plante.

Gérer les aléas de la ville (faible ensoleillement, pollution, etc.)

Il faut en tirer profit. Un espace faiblement ensoleillé mais pourvu d'une bonne luminosité est une bonne occasion de faire pousser des plantes aromatiques à l'abri du rayonnement direct du soleil. Il sera donc important de considérer au préalable son environnement afin de choisir les variétés les mieux adaptées. La pollution atmosphérique a une faible incidence sur la plante hors-sol. C'est plutôt l'accumulation de plusieurs décennies de contamination des sols de nos villes, qui conduit à la toxicité des aliments cultivés en pleine terre.

Quelles variétés de fruits et légumes planter sur un balcon ?

Toutes les variétés que l'on aime mais aussi des plantes médicinales ou encore quelques variétés originales difficiles à trouver dans le commerce. Plus généralement, moins on dispose d'espace, plus on privilégie les plantes ayant un développement aérien : tomates, haricots, concombres, cornichons...

Avantages et inconvénients des cultures avec et sans substrat sur un balcon

Culture sans substrat

Elle est légère et modulable, demande peu d'efforts pour la mise en place. Elle est idéale pour les laitues à couper, les plantes aromatiques, médicinales ainsi que toutes les plantes de petite taille comme les fraises. Mais elle est plus sensible au manque d'eau, dû au manque de matière tampon pouvant retenir l'eau. 

Culture avec substrat

Elle est préconisée pour des plantes vivaces ou ayant un fort développement comme les framboisiers, les figuiers, les cassissiers... Mais les substrats peuvent être lourds et encombrants. Il convient donc de bien choisir les matières avec lesquelles on va cultiver : la perlite ne pèse que quelques dizaine de grammes par litre et la terre plusieurs centaines de grammes."

Choisir ses contenants pour cultiver un potager hors-sol sur son balcon

Jardinière surélevée, bac à mèche, pot en goutte à goutte... Le choix dépend essentiellement de la place dont on dispose et de la quantité de végétaux que l'on veut cultiver. Le bac à mèche est idéal pour les petits espaces car la réserve d'eau assure une autonomie pouvant s'étendre de huit jours à un mois selon les conditions climatiques. Lorsque l'on envisage un potager de taille plus importante, et pour ceux qui souhaitent partir en vacances pendant la saison chaude, il est important de penser à l'irrigation. Le goutte à goutte est alors une bonne solution. Si l'on dispose d'un petit balcon, la balconnière s'impose. Elle permet de cultiver sans substrat de beaux spécimens tout en conservant la fonctionnalité initiale de l'espace. Pour ceux qui disposent de plus de profondeur, la culture sur table devient un outil à la fois esthétique et productif que l'on peut optimiser en la réalisant sur plusieurs étages.

Le potager textile sur le balcon, bonne ou mauvaise idée ?

Ce peut être un bon outil pour débuter. Il faudra cependant veiller à l'arroser quotidiennement durant la période estivale et prendre le temps de calculer la quantité de substrat à prévoir.

Protéger son potager sur balcon des maladies et autres ravageurs

Les plus communs sont les pucerons, les thrips, les aleurodes et les araignées rouges. Pour éviter les dégâts, il est important de repérer leur apparition le plus tôt possible. L'idée n'est pas de s'en débarrasser mais plutôt de limiter leur action. L'hygiène du potager est essentielle. Par temps sec, il est important de vaporiser les plantes pour simuler la rosée. On également se servir d'insectes auxiliaires (disponibles dans le commerce) capables de limiter très efficacement les dégâts de ces ravageurs. Dans tous les cas, il est préférable d'éviter les insecticides.

(La rédaction remercie Yohan Hubert, directeur de Sous les fraises, pour ses conseils.)