Permaculture : et si on s'y mettait ?

Basée sur l'observation des sols et leur optimisation, la permaculture (ou agroécologie) est une technique de production respectueuse de la nature. On a défriché le terrain pour vous, afin de connaitre les rudiments de base de cette culture.

Permaculture : et si on s'y mettait ?
© Stefano Lunardi/123RF

Qu'est-ce que la permaculture ?

Vous avez certainement pu lire et entendre beaucoup de choses, parfois contradictoires, au sujet de la permaculture. Pour la définir, on peut dire que la permaculture est une technique (parfois une philosophie) visant à concevoir des écosystèmes respectueux de l'environnement, rentables et au maximum autosuffisants.

Quels sont les grands principes de la permaculture ?

La permaculture se base avant toute chose sur l'observation et l'étude des sols, ce qui peut expliquer sa technicité. En effet, il ne s'agit pas de planter tous azimuts. Une grande partie de la culture repose sur l'observation préalable du sol et ses caractéristiques (qualité de la terre, sol pollué, humide, sec, acide) ainsi que l'environnement existants (région, température, écosystèmes présents...). La permaculture a pour visée de ne pas transformer les lieux : on cultive en fonction du lieu, de ses atouts mais aussi de ses défauts. En somme, on adapte sa culture à l'environnement.

Peut-on tout cultiver avec la permaculture ?

Puisque la permaculture exige de ne pas utiliser de pesticides et d'engrais (sauf des engrais verts type compost, fumier ou BRF, bois raméal fragmenté) et de ne pas modifier le sol et les lieux de culture, il faut s'adapter tant à l'environnement, qu'au sol et à la région où l'on se trouve. Mais une serre ou l'aquaponie peuvent permettre de palier certains manques. Aussi, il faut savoir que la permaculture peut aujourd'hui être plus rentable et productive qu'une culture conventionnelle. Les plus calés et expérimentés sauront optimiser au mieux leurs sols et les techniques : mise en place de talus, association de cultures (pour profiter des effet protecteur ou répulsif d'une plante sur l'autre), association d'espèces à cycle long et cycle court, Sur le principe il est donc possible de faire pousser n'importe quelle espèce mais, comme dans toute culture, l'environnement et la région contraignent et limitent la production.

Å paris, autour de la petite ceinture, un exemple de permaculture urbaine sur une ancienne voie de chemin de fer © La Recyclerie

Quels sont les avantages de la permaculture ?

La permaculture est respectueuse de la nature et des écosystèmes existants. Aussi, elle est très rentable et permet la production de plantes, fruits et légumes cultivés sans pesticides et avec des engrais naturels. Puisqu'elle a pour principe fondateur de s'adapter au sol et à l'environnement existant, la permaculture peut être mise en place partout. C'est pourquoi il n'y a pas un exemple de permaculture type. 

Quels sont les inconvénients de la permaculture ? 

Des avantages de la permaculture découlent ses inconvénients. Il s'agit d'une culture qui exige une longue et importante observation des écosystèmes. Ainsi, les jardiniers amateurs pourraient être effrayés par cette technique. Mais comme la nature est bien faite, elle pardonne facilement les approximations et les tentatives échouées et d'une saison à l'autre, il est possible de corriger ses erreurs. 

Faut-il un minimum de surface ?

La permaculture n'exige pas de minimum de surface pour cultiver. Mais puisqu'elle repose sur l'exploitation d'un sol et d'un écosystème existant, il sera difficile d'appliquer les principes de la permaculture à une production dans une jardinière, sur un balcon. Dans un jardin, ou un petit potager, c'est tout à fait possible.

Le calendrier du jardinage reste-t-il le même avec la permaculture ?

La permaculture ne modifie que très peu le calendrier du jardinage (semis, pousse, récolte). Mais puisque le principe est d'être à l'écoute de la nature et son environnement, il ne faut pas hésiter à observer le développement des espèces et agir en conséquence, plutôt que de suivre à la lettre un calendrier préétabli. 

Pour aller plus loin...

Les formations, blogs spécialisés, ainsi que les ateliers proposés par les municipalités sont des sources d'informations intéressantes et qui peuvent permettre de se familiariser avec la permaculture. 

Merci à Philippe Peigen pour avoir répondu à nos qiestions : www.jardinjade.com et www.naturentoit.com