Quand greffer un prunier ?

Vous adorez manger vos propres prunes et désirez reproduire vos pruniers pour en profiter encore plus ? Une solution, la greffe, en l'occurrence de prunier sur prunier. Cela dit, selon la méthode que vous choisirez (ou maîtrisez), la période de greffe sera différente.

© André Pommiès

La greffe en écusson

Si vous n'êtes pas un as de la reproduction des arbres fruitiers, la solution la plus simple est la greffe en écusson. Elle se pratique en été, de la fin du mois de juillet à début septembre, en prélevant (avec précautions !) des rameaux de l'année aoûtés et en les greffant sur une espèce vigoureuse, Saint-Julien ou Myrobolan. Deux semaines plus tard, vous saurez si votre greffe a pris – c'est l'avantage de la méthode - en observant le pétiole tomber.

Les autres greffes de prunier

Sur un prunier, il est également possible de pratiquer une greffe en incrustation. Dans ce cas, l'opération peut se faire à deux moments distincts : au mois de mars, après les gelées et lorsque la végétation commence à reprendre, ou bien en septembre, à sève descendante. La période est la même pour les greffes en fente, à réaliser sur des porte-greffes de petit diamètre (2-3 cm). À ce sujet, les anciens conseillent de greffer au début de la deuxième quinzaine de septembre.

Greffer, puis patienter

Les résultats des greffes d'un arbre fruitier ne sont jamais garantis. Quelle que soit la méthode choisie, n'oubliez pas que la reprise ne se fera qu'au printemps suivant, lorsque la végétation reprendra ses droits. Comme pour toute opération de ce type, la patience s'impose.