Créer des jeux de matières au jardin

Aujourd’hui, réaliser un jardin n’est pas seulement une histoire de végétation. Si le paysagiste va bien sûr s’occuper des plantes, des fleurs, des arbres et des arbustes en arrivant chez vous, il va imaginer non seulement comment les agencer mais aussi avec quels matériaux. Est-ce que cette maison de jardin en bois irait bien à cet endroit-là ? Vaut-il mieux la remplacer par une maisonnette en acier ? Le bassin entouré de pierres ne serait-il pas mieux mis en valeur par une autre bordure ?

Les matériaux à installer dans son jardin sans hésitation

Le végétal est l’élément principal du jardin. Il donne l’âme à l’espace par son coté vivant, changeant et évolutif dans le temps. On peut se lasser des matériaux : jamais du végétal ! Les végétaux structurent également l’espace par leurs éléments persistants : ils donnent l’illusion d’un lieu plus vaste, visible même en hiver, et c’est important.

Les matériaux viennent en association avec des plantes choisies. L’important est d’en maîtriser la scénographie pour éviter le "patchwork" qui est le lieu commun du jardin quand on veut tout avoir, au détriment d’une belle lisibilité de l’espace. Le bois, le métal, la pierre, le galet, l’eau et même le gazon synthétique sont des matériaux précieux qui, judicieusement associés et dans les bonnes proportions, vont révéler les lieux pour mieux y vivre. L’alchimie réussie est gage d’une grande simplicité.

Métal et bois font bon ménage…

Quelques arceaux métalliques scellés à la verticale, aux diamètres variant de 1 à 2 m contiennent des rondins de bois sciés à la même longueur : voilà un hôtel à insecte sculptural à associer en premier plan d’un rideau d’arbustes variés ou avec une plate-bande de vivaces.

En limite de propriété, on peut imaginer une clôture composée de lame de mélèze d'Europe de 14 cm de largeur sur plusieurs rangs rythmé par des bandes d’acier Corten pour une touche de modernité. Le choix de ce bois en particulier tient au fait qu’il soit imputrescible : il évoluera au fil du temps en prenant une patine grise argentée. Associée à la teinte "rouille" stabilisée de l’acier Corten, nous obtenons un fond pouvant valoriser plusieurs scènes végétales à dominantes fleuries et colorées, ou plus sobre avec des volumes variés de végétaux persistants : taxus baccata,  osmanthus burkwoodi ou prunus lusitanica…

L’acier brut, de plus en plus utilisé en aménagement paysager, a l’avantage d’être durable, simple et basique. Il est l’élément idéal pour créer des clôtures de séparation visuelle entre différents végétaux, de même que pour constituer des murets de soutènement (de petits murs qui vont permettre de stabiliser le bord d’une terrasse, évitant ainsi qu’elle ne s’affaisse), mais aussi des bacs, des contremarches d’escaliers…

L’acier se marie très bien avec les graminées, leur souplesse s’alliant parfaitement avec la couleur de la rouille. Imaginez une plaque de métal oxydée, placée au fond du jardin, sur laquelle des jeux de vagues et des contre-vagues vont entrer en correspondance visuelle avec les mouvements naturels de cheveux d'anges (stipa tenuissima ou miscanthus de Chine) avec leurs longues tiges et leurs fleurs blanc vert virant à l’ocre.

L’une de mes dernières réalisations est un bassin. La propriétaire aime les carpes Koï et voulait pouvoir s’allonger au bord du bassin et les observer. Nous avons donc créé des bordures en acier Corten et installé une banquette faite de pierres sèches de la région pour les bords, ainsi qu’une plate-forme en planche de mélèze à ras de l’eau. Désormais, couché au bord de l’eau, il peut observer ces poissons au dos orangé évoluer dans une eau bordée des murets couleur de rouille pour l’acier, et ocre pour la pierre. On se croirait dans un jardin zen japonais !

Le minéral donne une touche de couleur différente et une texture singulière selon sa nature, dans la scénographie d’un jardin. Un client nous a demandé, par exemple, de réaliser un chemin au milieu de son jardin. Nous pensions au départ à des graviers et finalement nous avons opté pour les galets du Rhin, plus doux, disposés en cascade.

Dans un autre jardin, nous avons disposé un ensemble de pierres morainiques baptisées sweet-cairn. Particulièrement sélectionnées pour leur formes "molles", cet assemblage de doux galets monumentaux (environ 1 m de diamètre) inspire le "lâcher-prise". Paradoxal, pour le minéral !

Dernier exemple : dans un jardin en pente, pour gagner en espace de vie, nous avons disposé des murets rocaille en pierre-sèches, qui permettent à la fois d’éviter les talus en favorisant le terrain plat et d’offrir aux 3 enfants de la famille, un espace ludique qu’ils se sont tout de suite appropriés.

Soyez inventifs, essayez d’imaginer comment vous pourriez aménager votre jardin et demandez son avis à un professionnel, il vous aidera à réaliser vos projets ! Nous sommes 28 600 en France, vous trouverez forcément un bon conseil à proximité de chez vous.

En partenariat avec l’Unep -Les Entreprises du Paysage.











Crédits photo : © Uni-vert