Une jolie allée pour traverser mon jardin

Pratiques pour traverser votre jardin sans vous salir les pieds, les allées peuvent revêtir des aspects multiples. Pour s’y retrouver dans le choix des matériaux et de l’agencement, voici quelques conseils pour intégrer parfaitement la traverse à votre espace de verdure !

L'allée de jardin idéale

Une allée doit être une harmonie parfaite entre le beau, l’utile et le juste. Elle remplit un rôle fonctionnel : celui de relier deux points dans le jardin. Les allées seront d’autant plus nécessaires si votre jardin est divisé en plusieurs espaces comme dans une maison. La circulation doit être agréable mais neutre et discrète. On doit à peine s’apercevoir qu’on est passé sur l’allée ! Un peu comme la piscine, une allée doit être fondue dans le reste du jardin.

Faut-il suivre les tendances pour une allée de jardin ?

Il ne faut pas choisir son allée en fonction des tendances. Il faut veiller à ce que le matériau soit en accord avec l’architecture de la maison.

Une allée doit également être confortable - d’où l’importance de l’espacement entre les pas japonais ou les traverses. Pour une démarche naturelle, il est généralement préconisé un espace gazonné de 10 cm entre chaque traverse.

Les matériaux à privilégier pour réaliser une allée à l’aspect naturel

Mieux vaut éviter le bois composite ou la pierre reconstituée qui n’offrent pas de vibrations, pour privilégier des matériaux naturels en symbiose avec la flore locale -  tels que la pierre, le bois, le pin ou encore les galets !

Esprit minéral - En Bretagne par exemple, le granit ou les pierres d’Italie qui rappellent la pierre de Saint-Cast en région armoricaine, sont très utilisés. On alterne ces grandes dalles irrégulières de 80 cm à 120 cm de diamètre avec des plantes couvre-sol. A chaque région ses pierres : ce qui compte, c’est de rester en harmonie avec le site.

Dalles de granit beige ©LEQUERTIER

Les galets sont aussi une bonne alternative pour donner du cachet au jardin. Ils peuvent s’associer avec de vieux pavés ou du sable et s’entretiennent comme une allée en pierre : un jet de karcher accompagné ou non d’un traitement algicide après l'hiver. Un nettoyage avec un balai brosse, de l'eau tiède et un peu d'eau de Javel concentrée à 48°Baumé convient également.

Calade de Galets et vieux pavés ©LEQUERTIER

Esprit maritime - Dans les jardins en bord de mer, on peut aussi entourer son allée avec des ganivelles, ces lames de châtaignier qui évoqueront les dunes de sable. Ce bois noble peut également être utilisé pour les traverses et les terrasses. Il faut aussi essayer de donner une seconde vie aux arbres quand on peut ! Sensible à la démarche de récupération, j’ai notamment réalisé une terrasse à partir de châtaigniers abattus coupés en rondelles de 25 cm d’épaisseur.

Le châtaignier a néanmoins un petit défaut : c’est un bois léger et court. Pour des surfaces plus longues, telles que les bords et rives d’étangs, rien de tel que l’azobé, un bois exotique très résistant. L’azobé a aussi un autre avantage de taille : il peut être positionné à même le sol car il ne pourrit pas et ne nécessite aucun  traitement de conservation.

Traverses en bois azobé ©LEQUERTIER

L'entretien d'une allée en bois

Le bois peut être glissant, notamment par temps humide ou lors de la décomposition de végétaux. Des rainures permettent d’y remédier… mais cela dure un temps : très vite, celles-ci se rempliront de poussières et de mousse. Pour éviter les chutes et autres désagréments, rien de mieux qu’un entretien et brossage régulier à l’acide oxalique (tous les deux ans), dans le sens perpendiculaire au bois.

Les colorations de bois nécessitent également un entretien. Pour ma part, je le préfère naturel : avec le temps, le bois se grise, pour mieux se fondre dans le paysage.

L'agencement du bois, des galets, des pierres sur une allée

Il n'y a pas de règles à respecter quant à l'agencement : ces matériaux peuvent être disposés selon les goûts et les envies. Je pense toutefois qu’un jardin réussi est celui dont on ne soupçonne pas la main du jardinier qui l’a façonné. Ainsi, pour les traverses en bois, j’aurais tendance à privilégier un agencement linéaire plutôt qu’en quinconce, que je trouve sophistiqué.

Des dispositions spécifiques telles que les pas japonais – même en pierre  – ne nécessitent pas de structure lourde (béton…). Une simple couche de sable viendra accueillir les dalles relativement épaisses (3 à 5 cm). L’encadrement des pierres avec des joints gazons ou des plantes couvres sols permettront de fondre d’autant mieux votre allée, tout en résolvant le problème d’évacuation de l’eau entre les dalles.

Une allée à moindre coût

Le moins cher reste le sable, mais il est difficile d’entretien. Dans les grandes propriétés avec de grandes surfaces, on peut opter pour les enrobés. Certes un peu plus onéreux, ils supportent mieux la circulation. Les allées gravillonnées sont aussi une solution économique… mais ne sont pas forcément des plus confortables.