Comment attirer la petite faune sauvage dans le jardin ?

Véritable lieu de vie, le jardin tire sa richesse de sa biodiversité. Atout charme majeur, un brin de verdure attire bien souvent une myriade de petits animaux et représente un bon moyen de cohabiter en paix avec la nature. Mais comment s’assurer que ces petits habitants viennent faire un tour dans notre jardin ?

Est-ce que tous les jardins peuvent accueillir des petits animaux ? Quelles sortes de petits habitants attirer dans un jardin ?

Les grands aussi bien que les petits espaces peuvent être le théâtre de scènes de vie d’insectes, de rongeurs et autres petits habitants du jardin. Une simple jardinière peut faire l’affaire. Quant à l’aspect urbain, il n’entrave en aucun cas la possibilité d’attirer les animaux.
 

Le cas du "miel béton" en est une belle illustration. Ce miel fabriqué par le collectif Parti poétique depuis les années 2000 a la particularité d’être récolté par des ruches urbaines placées sur les toits ou dans la rue.  De très bonne qualité, ce miel est la preuve que les abeilles sont capables de s’acclimater en ville participant ainsi à une renaissance écologique du milieu urbain.

 

Dans un jardin bien conçu, les insectes, volants ou rampants, les hérissons, lapins et autres petites bêtes viendront naturellement habiter, sans gêner ses occupants !

 

Quels aménagements sont nécessaires pour attirer une faune variée ?

Ils sont simples et peu nombreux. Inutile de se donner beaucoup de mal pour les oiseaux, qui viennent d’eux-mêmes. Pour attirer une faune plus légère comme les papillons et les abeilles, l’implantation de fleurs et d’arbustes mellifères[1], peut s’avérer judicieux. Et pour ceux qui redouteraient de voir déferler les guêpes, pas d’inquiétude, ces dernières ne butinent pas. Elles se contentent d’être carnivores !
 

Est-ce une bonne idée de vouloir créer différents micro-habitats (ex : mare, ruche, tas de bois, haies, etc.) ?

 

La création de micro-habitats peut s’avérer utile si l’on ne souhaite pas seulement attirer les petits animaux dans son jardin mais aussi les garder. Pour que ces petites bêtes restent chez nous, il leur faut un endroit où se nourrir et nicher. On peut donc investir à moindre coût dans une mangeoire pour oiseau ou un nichoir à insecte qui peut se révéler très esthétique. En ce qui concerne les hérissons, ces derniers préfèrent élire domicile dans des tas de feuilles mortes ou dans les herbes un peu plus hautes.

Moins un jardin est "au carré" et plus ce dernier sera habité par une faune variée et atypique. Il est d’ailleurs recommandé de ne pas tondre trop souvent sa pelouse et de pratiquer un entretien différencié en fonction des zones. Ne pas appliquer la même intensité de soins sur les allées, le verger ou les contours de la terrasse, est une bonne manière de favoriser la biodiversité de son jardin. Pourquoi ne pas créer un carré de prairie naturelle au fond de son jardin par exemple ? Planté de jolies fleurs de champs (coquelicots, achillées milles fleurs, lin…), il ajoutera une touche bucolique au jardin tout en servant de lieu d’habitat.

 

Petite astuce : s’il on dispose d’un grand espace et que l’on souhaite y maximiser la biodiversité, on peut de contenter de faire un chemin avec la tondeuse, plutôt que de tout tondre à raz, donnant ainsi un aspect plus champêtre à son jardin et permettant à ce dernier d’être plus attirant pour les petits animaux qui s’y sentiront bien.

 

Quelles plantes choisir pour attirer certain animaux au jardin ?

 

La faune dépend de la flore car la majorité des habitants du jardin sont herbivores. Les plantes sont à la base de leur alimentation. C’est connu, les lapins raffolent des salades ou des fraisiers, mais attention, une fois installés, ils n’hésiteront pas à goûter aussi vos fleurs ! Ces dernières seront donc à protéger. Pour attirer les hérissons, qui sont d’ailleurs très utiles pour nous débarrasser des limaces, veillez à laisser des tas de bois ou feuilles mortes qui constitueront un abri. Ils sont également friands de pommes !  

   

Est-il nécessaire de prévenir le voisinage avant d’attirer hérissons et autres amis du jardinier ?

 

Il est déconseillé d’introduire des hérissons et autres petites bêtes dans son jardin, surtout si l’on habite en lotissement. Il ne faut pas que le jardin devienne une prison pour ces animaux sauvages, qui risquent également de se faire écraser si l’on vit aux abords d’une route.

 

Lorsque l’on dispose d’un espace adapté, les animaux viennent d’eux-mêmes, il s’agit là d’un processus naturel. Les taupes sont bien souvent l’ennemi numéro un du jardinier et pourtant personne n’est responsable de leur venue.

 

Attention toutefois aux mares et autres points d’eau qui attirent bien souvent des grenouilles et autres batraciens bruyants et peuvent déranger le voisinage. Pour éviter tout problème, on prête une grande attention à l’endroit où on l’implante, à son exposition ainsi qu’à sa taille.

 

Favoriser la biodiversité du jardin représente-t-il un vrai atout écologique ?

 

Le véritable intérêt réside dans le sol. Plus le sol est accueillant pour les insectes, mieux il se porte, et plus il attirera de nouveaux petits habitants qui s’y sentiront bien. Un sol en bonne santé est la garantie d’un jardin peuplé de nombreuses petites bêtes qui vous le rendront bien en améliorant encore sa qualité.

En partenariat avec l’Unep – les entreprises du paysage.

Images © Violette Egon Paysage et Maintenance

[1] Productrices de nectar.