Les chiens ont à nouveau le droit de cité dans la ville de Jiangmen

Les autorités de la ville de Jiangmen, en Chine, étaient pourtant bien décidées à mettre en application leur décision prévoyant une interdiction des chiens de compagnie dans trois quartiers à partir du 26 août 2011. Mais face aux protestations des résidents, propriétaires de chiens, et des défenseurs des animaux, elles ont dû faire marche arrière.

Les chiens ont à nouveau le droit de cité dans la ville de Jiangmen
© FIAW

Face à la croissance exceptionnelle du nombre de chiens dans les villes chinoises, qui pose des soucis notamment sanitaires, et à la recrudescence des attaques de ces animaux, les autorités locales de certaines villes ont décidé de prendre le problème à bras le corps.

interdiction jiangmen
Annulation de l'abattage des chiens à Jiangmen © Fonds international pour la protection des animaux

Si Shanghai a fait le choix en mai dernier d'instaurer la politique du chien unique, Jiangmen, dans la province du Guangdong, avait jusqu'à vendredi dernier opté pour une toute autre solution : l'éradication complète de l'espèce dans certains quartiers de la ville. Ainsi, tous les propriétaires de chiens des quartiers de Pengjiang, Jianghai et Xinhui, avaient reçu l'ordre de se séparer de leur compagnon à quatre pattes. De même, tous toutous aperçus à partir du 26 août 2011 dans ces différents quartiers, seraient capturés puis donnés à des habitants vivant hors de la ville ou euthanasiés. Une annonce qui a suscité émois et indignations chez la population et les défenseurs des animaux. Des millions de messages de condamnation, d'inquiétude et de protestation ont déferlé sur les forums en ligne, sur les blogs et sur les réseaux sociaux en Chine. Sous la pression de l'opinion publique, les autorités locales sont donc revenues sur leur décision vendredi dernier.


Grace Ge Gabriel, Directrice régionale du Fonds international pour la protection des animaux en Asie, s'est déclarée satisfaite d'un tel retournement de situation. "Les villes modernes n'interdisent pas de posséder le meilleur ami de l'homme. Tuer les chiens légalement détenus par leurs maîtres est une violation flagrante des droits fondamentaux des citoyens. Interdire et tuer les chiens sont des solutions inefficaces pour prévenir la rage. Cette maladie a été contrôlée avec succès dans de nombreuses régions du monde par l'éducation, la vaccination et la stérilisation. Nous sommes satisfaits de voir que les responsables de Jiangmen reviennent sur leur décision hâtive sous la pression du tollé provoqué dans l'opinion."


Les résidents pourront donc garder leurs animaux de compagnie favoris chez eux. Par contre, il leur sera interdit de les sortir dans certains lieux publics comme les parcs ou les centres commerciaux. 


 Pour en savoir plus : IFAW


 Lire également notre brève sur la politique du chien unique à Shanghai