Brigitte Jonkers (éleveuse de puli) "Le puli a besoin de se dépenser"

Ses cordelettes caractéristiques lui confèrent un aspect sympathique. Encore mal connu en France, le puli est courageux et plein de vie. Rencontre avec Brigitte Jonkers, une éleveuse belge.

Pourquoi avez-vous choisi d'élever le puli ?

Avant de décider d'élever une race, il faut d'abord développer une passion pour cette race et éprouver le désir d'élever un cheptel. Cela s'est passé dans mon cas, autant pour le komondor que le puli.

 

Quels sont les principaux traits de caractère ?

Le puli est un chien actif, qui est très sociable, d'une haute intelligence et un tantinet têtu. C'est un bon chien de garde, qui n'hésite pas à donner de la voix. Il est généralement dominant et a en conséquence besoin d'une éducation bien ferme.

 

puli
L'entretien n'est pas difficile du tout. © Stefan Vantorre

L'entretien de son poil est-il difficile ?

L'entretien n'est pas difficile du tout. Lorsque les cordes se forment, la toison demande du travail car les cordelettes sont très épaisses. Il faut les séparer en fonction de l'épaisseur désirée. Une fois que les cordes sont formées, on coupe le surplus pour des raisons d'hygiène et de confort. On ne peigne jamais le poil, on ne le brosse pas non plus.

 

Quelles sont les couleurs acceptées ?

Toute couleur unie est acceptée à l'exception du brun chocolat si on observe une continuité sur la pigmentation du nez. Depuis une vingtaine d'années, on voit aussi le puli maszkos fako ;  malgré le fait que cela soit une couleur non unie, cette ancienne couleur est acceptée.

 

Quel est le maître idéal du puli ?

Comme le puli est un chien actif, il lui faut un maître actif, prêt à faire des promenades ou à aller à l'école canine pour faire de l'agility. Il ne faut pas quelqu'un qui ait horreur d'une maison pleine de sable ou de boue. Le puli se salit facilement, en particulier par temps de pluie, surtout à l'automne, car sa toison est parsemée de feuilles mortes et autres saletés.

 

puli2
Comme le puli est un chien actif, il lui faut un maître actif, prêt à faire des promenades ou à aller à l'école canine pour faire de l'agility. © Stefan Vantorre

Peut-il être heureux en ville ?

En ville dans une maison avec jardin, bien sûr. Mais dans un appartement, cela est vraiment à déconseiller. Naturellement, un maître qui a le temps de faire des promenades plusieurs fois par jour n'aura pas de problèmes. Ce qu'il faut savoir, c'est qu'un puli qui n'a pas dépensé suffisamment d'énergie la journée vous rend les soirées impossibles.

 

Quels conseils donneriez-vous à une personne souhaitant adopter un puli ?

Les mêmes que pour adopter un chien en général. Bien réfléchir avant de se lancer : combien de temps avez-vous à consacrer à votre chien ? Quels sont vos sentiments au sujet d'une maison décorée avec de pattes de chien crottés ? Avant de décider, parlez avec des propriétaires de puli et des éleveurs dignes de confiance.