Femmes > Maman >  Interviews > Paola Del Castillo
Interview
29/01/2007

"Un prénom peut renfermer des secrets de famille"

Paola Del Castillo Le choix d'un prénom repose essentiellement sur des critères esthétiques. Selon Paula Del Castillo, psychothérapeute, on devrait aussi considérer la charge symbolique des prénoms dans la psychogénéalogie. Explications.
  Envoyer à un ami Imprimer cet article  

Pourquoi avoir rapproché la symbolique des prénoms et la psychogénéalogie ?

Je me suis aperçue que certains prénoms avaient la même histoire. Par exemple, les personnes portant le prénom "Philippe", étymologiquement "celui qui aime le cheval", ont dans leur ascendance des histoires de transport, d'accident de voiture en particulier. De même, les parents qui choisissent le prénom "Claude" pour leur enfant transmettent inconsciemment la mémoire d'un membre de la généalogie qui "claudiquait". Ou encore le prénom "Thomas" ("le jumeau") qui est souvent donné en écho à la perte d'un frère ou d'une soeur jumelle plus haut dans l'ascendance. C'est comme si le prénom conservait, renfermait des informations, parfois des secrets de famille, d'une génération à une autre. Mais dans mon "décryptage des prénoms", j'ai aussi pris en compte l'étymologie du mot, les légendes qui y sont associées et leur homophonie.

A quoi sert cette recherche de corrélation entre le prénom et l'histoire personnelle ?

En tant que thérapeute, cela m'éclaire sur la personnalité de mes patients. C'est un fil de plus que je tire, une entrée vers le travail psychanalytique. L'évènement à l'origine du choix du prénom peut n'avoir aucune importance directe sur l'existence de la personne qui le porte, mais sa réaction face à cette découverte apporte, elle, d'autres réponses. Cette approche permet aussi au patient lui-même de mieux se comprendre. Son prénom, et donc, son identité sont le résultat d'un choix inconsciemment guidée par une histoire particulière. Connaître cette histoire permet de désamorcer des conflits intérieurs mais aussi de lever le voile sur des non-dits. L'important étant d'éviter au patient de "répéter" involontairement un traumatisme intergénérationnelle via le prénom qui peut parfois peser lourd sur les destins de chacun.

Changer de prénom permettrait alors de changer le cours d'une vie ?

Quasiment ! Certaines personnes décident de changer de prénom car celui-ci les renvoie à une anecdote désagréable, un récit tragique ou encore une personnalité mal aimée, malade, morte jeune etc. Dans ces cas-là, le nouveau prénom peut provoquer une forme de renaissance dans le sens où il permet de s'approprier une identité plus neutre, de se soustraire du poids que pesait l'ancien mais aussi de modifier les trajectoires. Moi par exemple, en féminisant "Paul" pour me faire appeler "Paula", j'ai rencontré beaucoup d'Italiens qui réagissaient à cette intonation. Mais d'autres patients après avoir pris conscience de la charge symbolique de leur prénom ne ressentent pas ce besoin. Le recul qu'ils ont pris suffit à les soulager. Pour certains, cette quête n'a même pas de vertus thérapeutiques, elle ne vient pas soigner un mal mais engendrer un mieux, une connaissance de soi plus poussée.

Les parents doivent-ils prendre en compte leur généalogie pour faire le bon choix de prénom pour leur bébé ?

Oui, je le leur conseille. Déjà pour ne pas "répéter des erreurs" en perpétuant des traumatismes familiaux. Ensuite, pour faire un choix qui reflète un désir particulier. C'est ainsi que certains choisissent un prénom mixte ou composé d'un prénom masculin et féminin quand ils espèrent une fille et ont un garçon ou l'inverse... Enfin, pour trouver un prénom qui évoque d'un point de vue universel des valeurs positives. Certains prénoms sont pour moi porteurs d'ondes négatives. Par exemple, Sylvie, littéralement "si il vit" évoque la possibilité du deuil, Renée des problèmes autour de la naissance, Violaine porte la violence.

La mode n'influence-t-elle pas aussi nos choix ?

C'est un critère aussi mais je pense qu'il cache d'autres raisons plus profondes, moins conscientes. Par exemple, la vague de prénoms anglo-saxons est considérée comme une tendance alors qu'à mon avis elle provient de l'Histoire. Les guerres ont amené des soldats américains et anglais sur le sol français. Des femmes se sont liées à eux, beaucoup d'histoires d'amour impossibles ont eu lieu. Les prénoms de ces libérateurs résonnent peut-être encore dans le coeur des Françaises, même de la nouvelle génération marquée par le vécu de ses aînées.

Pourquoi donner tant d'importance aux prénoms ?

Les familles n'habitent plus toutes dans le même patelin. Les gens bougent, se mélangent, bref ils manquent peut-être de repères. Le prénom serait alors un marqueur de leur identité, une passerelle vers leurs racines. La preuve, une des premières choses qu'apprend un enfant c'est son prénom. Il l'aide à se situer par rapport à son entourage, à se construire, bref à trouver sa place.

 

La symbolique des prénoms en psychogénéalogieEn savoir plus
"La symbolique des prénoms en psychogénéalogie"
Paola Del Castillo
Éditons Quintessence
190 pages, 17 €
Consultez les librairies

 

 

 

Lire aussi : Choisir le prénom de bébé et La psychogénéalogie déterre les secrets de famille

 

Donner votre avis sur les prénoms

Katrin Acou-Bouaziz, Journal des Femmes

Magazine Maman Envoyer Imprimer Haut de page
A VOIR EGALEMENT
Votre avis sur cette publicité

Sondage

Parmi ces prénoms féminins tendance en 2015, lequel préférez-vous ?

Tous les sondages

Moteur de recherche

Partager cet article

RSS