Défilé GIVENCHY
Prêt à porter printemps-été 2018 - défilés paris

Décryptage du défilé de mode

L'heure était aux grands débuts chez Givenchy dimanche 1er octobre. Du mois certes, mais surtout de l'ère Clare Weight Keller qui présentait sa première collection pour la maison française. 
Marquée par des designers ô combien spectaculaires comme John Galliano, Alexander McQueen et dernièrement Riccardo Tisci, la maison d'Hubert de Givenchy a fait le choix de poursuivre son histoire avec un esprit créatif diamétralement opposé. Longtemps à la tête de Chloé, l'Anglaise Clare Weight Keller s'est illustrée par son style fluide, aussi portable qu'éthéré. La rencontre entre la griffe et la directrice artistique opère donc un changement radical mais également un retour aux sources. Pour élaborer la ligne printemps-été 2018 Clare Weight Keller s'est plongée dans les archives de la maison à la recherche de l'essence Givenchy. De ses études, elle dégage une pierre angulaire : la silhouette Givenchy part d'une épaule forte. Une leçon qu'elle applique dès sa première silhouette, une veste à boutons officier ceinturée et se poursuit dans le tailoring précis d'autres blazers et chemisiers taillés en trapèze pour une taille et une attitude mises en valeur. Cette rigidité s'équilibre avec des jupes en mousseline fluides, à pans asymétriques, des volants souples qui accompagnent le mouvent d'une femme active avec élégance et décontraction. Autre hommage : l'amour pour le noir. La couleur du soir est présente mais s'illumine de rouge et de bleu, notamment dans des tissus léopard ou à trèfles puisés dans les fameuses archives. L'aisance du prêt-à-porter tiens ses promesses et l'élégance du maître est respectée. Un travail de bonne élève à qui on ne peut rien reprocher à part peut-être un léger manque d'audace.
par Mitia Bernetel

Et retrouvez l'ensemble des défilés printemps-été 2018 sur notre espace dédié

Backstage (23 photos)

Close Up (65 photos)

Les autres défilés GIVENCHY