Défilé Alexander mcqueen
Prêt à porter printemps-été 2017 - défilés paris

Décryptage du défilé de mode

Plus proche de son mentor que jamais, Sarah Burton a offert à Alexander McQueen une exploration forte des terres écossaises, jonglant avec les stigmates avec délicatesse et brio. 
Originaire d'Ecosse, Alexander McQueen avait défendu sa patrie dans un défilé puissant à l'automne-hiver 1995-1996, baptisé Higland Rapes (le viol des montagnes) et évoquant la douloureuse annexion du pays par la Grande-Bretagne. Six ans après sa mort, la maison évoque à nouveau ces terres dans un défilé nettement moins courroucé, mais tout aussi virtuose. Croché, jacquard, tartan, les savoir-faire typiques sont retravaillés, conjugués les uns aux autres et poussés aux limites de la haute couture. Un travail titanesque qui dresse des silhouettes riches en détails. Les kilts se portent par-dessus les pantalons et alternent avec de longues robes romantiques en dentelle ou tulle brodé. Mais le lyrisme ne donne pas le ton sur le défilé où les accessoires en cuir et argent se multiplient. Présents sur chaque silhouettes en ceinture, choker, manchettes et boucles d'oreilles imposantes distillent une note guerrière précieuse, comme un néo grunge paré d'accents royaux. Les plaines verdoyantes des îles Hébrides adoubent certainement ces nobles amazones. 

par Mitia Bernetel

Et retrouvez l'ensemble des défilés sur notre espace dédié.

Close Up (52 photos)

Les autres défilés Alexander mcqueen