Défilé Valentino
Haute couture printemps-été 2018 - défilés paris

Décryptage du défilé de mode

Qu'est-ce qui rend la couture "haute" pour les maisons qui aspirent à cette appellation élitiste ? Quand de nombreux ateliers s'abîment à broder des milliers de perles, de sequins et de dentelles, Pierpaolo Piccioli, lui, n'en fait rien.
Pour le directeur artistique de la maison Valentino, la "couture" commence par du tissu et de véritables coutures. Celles qui, travaillant dans l'ombre, le façonnent, le sculptent jusqu'à, comme par magie, en faire des incarnations d’élégance. Des envolées lyriques de taffetas, des vagues de volants, des ondes de choc construisent des silhouettes grandioses où l'on ne sait plus si c'est l'étoffe qui porte la femme ou l'inverse. Volume maximum et légèreté totale les caractérisent, avec une emphase sur la taille, soulignée par d'interminables rubans. 
Pour soutenir ce tissu de songe, des couleurs recherchées s'entrechoquent et s'assortissent : canard et mastic pour les plus sobres, mais aussi vert d'eau et violet, rouge et fuchsia, jaune et layette. La "haute", c'est aussi les pigments qui teintent d'audace cette collection et font basculer ses pièces archétypales dans une modernité affolante. 
Tantôt ultra extravagants, tantôt plus casual, les looks de Valentino haute couture printemps-été 2018 ne manquent jamais de chic. Peu nombreux mais remarquables, les accessoires pèsent largement dans la balance. Gants longs, escarpins aériens mais surtout imposants chapeaux de plumes, créations délirantes de Philip Treacy, inscrivent définitivement ce vestiaire dans un registre exceptionnel. Une nouvelle collection virtuose pour celui qui ne se contente jamais d'être à la hauteur. 

Par Mitia Bernetel

Et retrouvez l'ensemble des défilés haute couture sur notre espace dédié.

Close Up (32 photos)

Les autres défilés Valentino