Je suis jalouse, mais je me soigne Des causes à rechercher dans l'enfance ?

Les raisons qui nous poussent à devenir jaloux sont assez facilement identifiables, même s'il faut distinguer, encore une fois, la jalousie "normale", de la jalousie pathologique.

Dans les deux cas, la jalousie relève avant tout d'un manque de confiance en soi, qui trouve souvent ses racines dans l'enfance. La personne jalouse n'a généralement pas une grande estime d'elle-même. Elle trouve la plupart des femmes plus jolies, plus intelligentes, plus drôles, bref, plus "aimables" qu'elle. Elle a l'impression, consciente ou non d'ailleurs, de ne pas être assez valable pour être aimée. Elle se dit donc que, logiquement, son compagnon ne va pas tarder à s'en apercevoir et filer avec une candidate qui soit plus à la hauteur qu'elle. Elle reste donc à l'affût, attendant que ce qui lui semble inévitable se produise.

Profondément ancré

La jalousie peut également découler de l'angoisse de la perte ou de l'abandon. "Aimer implique toujours qu'on risque de perdre, souligne la thérapeute Caroline Kruse. Le jaloux cherche à anticiper cette perte par l'emprise, le contrôle incessant qu'il cherche à exercer sur son partenaire pour tenter de le maîtriser." Ce type de raisonnement trouve souvent son origine dans l'enfance et s'avère donc souvent difficile à contrecarrer car profondément ancré dans la personnalité. Ce peut être une origine de la jalousie pathologique. C'était d'ailleurs le cas de la jeune femme de la consultation de Caroline Kruse, évoquée plus tôt : elle avait été abandonnée plusieurs fois dans son enfance, ce qui rejaillissait sur son comportement à l'âge adulte. 

Enfin, "la jalousie peut aussi trouver son origine dans un mouvement projectif inconscient qui consiste à imaginer chez l'autre la tentation qui est en soi, par exemple, de l'infidélité". Eh oui, comment faire confiance à l'autre, lorsqu'on sait que l'on est soit même tenté d'aller "voir ailleurs" ?

Sommaire