Jalouse, moi ? "J'ai honte de réagir comme ça"

Il est bien normal d'être un tantinet jalouse et de n'apprécier que très moyennement que cette jeune collègue célibataire tourne autout de votre homme. Pour autant, il y a des limites entre une jalousie saine et une jalousie maladive. Les lectrices sont généralement lucides...
Sophie témoigne de son quotidien :

"Je ne suis pas trop jalouse quand on croise des jolies femmes dans la rue (encore que...), sauf quand il commence à discuter avec une autre fille, à une soirée, au boulot, ou en vacances entre potes. Je suis même jalouse de mes copines, car je sais qu'il sait s'y prendre. (...) Au boulot par exemple, dès qu'il y a une jolie fille un peu allumeuse, je peux être sûre qu'ils vont bien s'entendre, faire des blagues, des grands sourires, etc.

Dans le fond, je ne pense pas qu'il va me tromper (bon, on sait jamais), mais j'ai déjà peur de cet espèce de flirt qui s'installe et qu'il laisse s'installer même si la fille est vraiment rentre-dedans.

Même jalouse de sa sœur !

Je suis jalouse de sa sœur aussi, car il lui fait des compliments quand elle est bien sapée. Ils ont une complicité que forcément je n'aurai jamais avec lui car ils ont passé leur enfance ensemble. C'est terrible car je sais très bien que si je ne lui montrais pas ma jalousie, ça s'arrêterait. Il en joue, ça le flatte un peu quelque part. Mais je ne peux pas m'empêcher de craquer, faire une crise, l'engueuler, être odieuse avec la fille si je la rencontre. Bref, je tombe dans le panneau à chaque fois.

"Je lis ses mails, lui tend des pièges avec des questions un peu manipulatrices"

Plusieurs fois, je l'ai empêché de revoir certaines de ces filles avec qui il aurait peut-être pu devenir ami. (...) Je lis ses mails, lui tends des pièges avec des questions un peu manipulatrices, descends les filles en question (même sa sœur parfois!) de manière détournée (ou même bien lourde quand je peux plus me contrôler).

Des efforts à faire


J'essaie de tourner 7 fois ma langue dans la bouche avant d'éclater, mais ça marche très rarement. Ou alors j'essaie de le rendre jaloux mais finalement c'est bien pire.
Je n'arrive pas à trop à en parler avec lui, sauf au moment où je fais ma crise, car j'ai l'impression que ce truc lui donne un pouvoir sur moi. J'ai honte de réagir comme ça et pas très envie de le voir en face. Quand je suis en forme et que j'ai plus confiance en moi et en notre couple, j'essaie de ne pas y prêter attention, de ne pas lire ses mails, de ne pas fantasmer sur ces "rivales", bref : de me détacher de cette peur par des petits efforts."

Sommaire